Hypnose Ericksonienne & Thérapies Brèves, EMDR, Instituts Milton Erickson, Formation en Hypnose à Paris, Marseille
Hypnothérapeutes: Hypnose Ericksonienne et Thérapeutique. Formation en Hypnose Médicale à Paris, Marseille, Nancy, Nantes, Rennes





Paris







par Laurence ADJADJ

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, Psychologue à Marseille. Présidente de Hypnotim, Centre de Formation en Hypnose, EMDR - IMO et Thérapies Brèves

- Hypnothérapeute - Psychologue - Présidente de HYPNOTIM, Institut de Formation en Hypnose et...

par Laurence ADJADJ

Interventions Chirurgicales et Anxiété. 2 interventions au Congrès Hypnose et Douleur 2016

De St Malo à Marseille... De l'utilisation de séances d'hypnoses collectives pour diminuer...

par Laurence ADJADJ

Prévention du burn-out chez les professionnels de santé. Drs Claude VIROT, Kenton KAISER

Formée en Hypnose Ericksonienne et Thérapeutique auprès du Dr Claude Virot à l'Institut Emergences...

par Laurence ADJADJ

Syndrome de l'Intestin Irritable. 2 interventions majeures au Congrès Hypnose et Douleur 2016

Le Syndrome de l'Intestin Irritable SII (anciennement appelé Syndrome du Colon Irritable), est une...

par Laurence ADJADJ

Un atelier avec le Dr Jean-Michel HERIN, anesthésiste, hypnothérapeute, acupuncteur au Congrès Hypnose et Douleur 2016

A l'occasion du dernier Congrès Hypnose et Douleur de St Malo, j'ai pu assister, bien qu'étant...


Hypnose et Sexualité : L’éclairage des neurosciences. Jean-Claude Espinosa pour la revue Sexualités Humaines




1 - Composante cognitive.

Lorsqu’un stimulus environnemental a une signification sexuelle potentielle, des processus d’évaluation participent à la catégorisation de ce stimulus comme « sexuellement pertinent ». D’autres processus participent au codage de l’intensité de la nature « sexuelle » du stimulus. Cette catégorisation effectuée, il existe une focalisation des « capacités attentionnelles » du sujet.
Différentes zones sont concernées :

- Le cortex orbitofrontal.

Cette région est essentielle. Ainsi en TEP une activation du cortex orbitofrontal est rapportée en réponse à des stimuli sexuellement explicites. Cette activation est plus forte lors de la présentation de stimuli « modérément stimulants » (par exemple, des photos de mannequins) que lors de stimuli intensément stimulants (représentant des femmes, même s’il ne s’agit pas de scènes érotiques).

Ceci permet de penser que l’activation du cortex orbitofrontal en réponse à des stimuli visuels sexuellement explicites n’est pas liée spécifiquement à leur nature sexuelle, mais à des processus d’évaluation de ces stimuli.

- Les lobules pariétaux.

Lobules pariétaux supérieurs

Une étude récente (Mouras et al., 2003) montre une activation bilatérale des lobules pariétaux supérieurs lors de stimuli visuels sexuellement explicites.
Ainsi les lobules pariétaux supérieurs interviennent de façon précoce dans des processus d’évaluation des stimuli sexuellement explicites.

• Lobules pariétaux inférieurs

Les lobules pariétaux inférieurs sont également impliqués dans le traitement de l’information sexuelle : les réponses cérébrales à des stimuli sexuellement explicites sont comparées chez un groupe de sujets témoins et chez des patients présentant un désir hypoactif : une activation des lobules pariétaux inférieurs est observée chez les sujets témoins mais absentes chez les patients (Stoleru, 2003).
Les lobules pariétaux inférieurs semblent être plus impliqués dans des mécanismes d’imagerie motrice accompagnant la mise en place de l’excitation sexuelle.


2 - Composante émotionnelle.

Cette composante comprend préférentiellement les processus cérébraux en rapport avec le plaisir accompagnant une excitation sexuelle.
Damasio, en 1996, place au centre des processus cérébraux impliqués dans les émotions la perception des variations physiologiques du corps au cours de la mise en place de cette émotion. Les émotions sont des programmes complexes et en grande partie automatisés d’actions qui ont été concoctés par l’évolution.

Les actions sont réalisées par un programme cognitif qui comporte certaines idées et certains modes de cognition, mais le monde émotionnel est en grande partie un monde d’actions menées à bien par notre corps, de l’expression du visage et des postures aux changements qui interviennent dans les viscères, les organes sexuels et le monde intérieur.

Au niveau du cortex cérébral, la principale région impliquée dans les émotions est le cortex insulaire. L’insula est impliquée dans le déclenchement d’une des émotions les plus importantes : le dégoût, la nourriture, mais aussi par la perception d’actions moralement répréhensibles. Par rapport aux viscères, l’insula est l’équivalent des cortex visuel et auditif primaire. Cependant l’insula n’est pas seule, en effet le cortex cingulaire antérieur devient actif en parallèle avec l’insula quand nous ressentons des sentiments. L’insula a une double fonction motrice et sensorielle, alors que le cortex cingulaire antérieur opère comme une structure motrice.


3 - Composante motivationnelle.

Cette troisième composante fait référence aux processus cérébraux liés à l’envie d’agir vers une cible ayant été catégorisée comme sexuellement explicite. Ces processus impliquent des mécanismes de préparation motrice se déclenchant face à une cible pertinente sur le plan sexuel.
C’est le gyrus cingulaire antérieur qui est impliqué dans cette composante. Au TEP, une corrélation est observée entre le niveau d’activation de la partie caudale du gyrus cingulaire antérieur et l’intensité du désir sexuel perçu par les sujets (Redoté, 2000).


4 - Composante autonome du sujet.

Des études de neuro-imagerie fonctionnelle ont étudié les aires cérébrales impliquées dans la réponse génitale intervenant lors de la mise en place d’une excitation sexuelle. Les résultats démontrent l’existence d’une réponse érectile en TEP en réponse à des stimuli sexuellement explicites.

Alors que la partie caudale du gyrus cingulaire antérieur est plus impliquée dans la composante motivationnelle du modèle, les résultats expérimentaux montrent un rôle de sa partie rostrale. Aussi bien en TEP qu’en IRM fonctionnelle, une forte corrélation est rapportée entre la magnitude de la réponse pénienne mesurée par pléthysmographie et celle de l’activité de cette région en réponse à des stimuli visuels sexuels.

Stoléru et al. en 2003, dans une étude portant sur des patients présentant un désir sexuel hypoactif, ont montré que le coefficient de corrélation entre le flux sanguin cérébral de cette région et la réponse érectile est plus important dans le groupe de sujets témoins que dans le groupe de patients.

L’hypothalamus joue également un rôle dans l’activité sexuelle. En effet, dans des études récentes (Montorsi et al., 2003), les variations d’activations cérébrales en réponse à des stimulations sexuellement explicites ont été étudiées chez des sujets témoins et des patients souffrant de dysfonctionnement érectile d’origine psychogène avant et après administration de placebo d’apomorphine (qui possède des propriétés proérectiles).

Il a été montrée et enregistrée une activation de l’hypothalamus postérieur en réponse à des stimuli sexuellement explicites chez les patients après administration d’apomorphine, alors qu’une telle activation n’est enregistrée ni chez les sujets témoins ni chez les sujets recevant un placebo.
Tout ceci démontre l’implication de l’hypothalamus dans les réponses érectiles. Les noyaux de l’hypothalamus contrôlent l’action des glandes endocrines dans tout l’organisme : hypophyse, thyroïde, surrénales, pancréas, testicules, ovaires.

Une autre région est impliquée dans le désir sexuel : l’insula. Critchley et al., en 2004, ont montré une implication de l’insula antérieure droite dans la représentation des états viscéraux du corps, ce qui pourrait être le substrat dans la prise de conscience des états corporels.

Cependant des études récentes suggèrent plutôt que l’état hypnotique reflète une grande implication des régions participant au contrôle de l’attention et de l’inhibition. Ainsi des chercheurs de la Faculté de médecine de Genève se sont livrés à une expérience intéressante en hypnotisant des sujets à l’intérieur d’un appareil IRM. Les sujets devaient se préparer à effectuer un mouvement de la main lorsqu’un signal leur était donné, et ensuite exécuter ou non ce mouvement.

On faisait à certains sujets une suggestion hypnotique de paralysie d’un bras, tandis que l’autre partie non hypnotisée devait simuler une paralysie de ce même bras.
Les expérimentateurs (Professeur Patrick Vuilleumier) ont pu ainsi montrer que des régions différentes sont impliquées dans la paralysie hypnotique et dans la simulation. Les sujets hypnotisés présentaient une très forte activité du cortex frontal qui est responsable en partie du contrôle de la réalisation de la tâche demandée. On peut donc parler dans ce cas-là d’un « hypercontrôle » et non pas d’un geste automatique. En outre, malgré la suggestion hypnotique de paralysie, l’activité liée aux intentions motrices était présente, preuve que la volonté d’agir n’était pas inhibée.

Les chercheurs ont pu remarquer que le cortex moteur, qui contrôlait la paralysie de la main, était plus lié que dans l’état normal avec des régions qui sont impliquées dans l’imagerie mentale et la mémoire de soi, suggérant ainsi que les sujets hypnotisés adoptaient une attitude introspective plutôt que perceptive.

« C’est comme si l’imagination prenait le contrôle du cerveau et de la perception. » Yann Cojan
Tout ceci nous amène à nous questionner sur la légitimité de considérer l’état hypnotique comme un état modifié de conscience. Cependant, d’autres approches acceptent cette idée et s’intéressent aux mécanismes par lesquels l’état hypnotique contribue à faciliter la transformation expérientielle des contenus de la conscience.


1 2


Rédigé le 24/05/2011 modifié le 25/05/2011
Lu 4434 fois





Nouveau commentaire :

Congrès | Formations Hypnose | Revue HYPNOSE & Thérapies Brèves | Revue Sexualités Humaines | Livres | Video - Films | A Vos Plumes | Formations Thérapies Brèves | Revue de Presse Hypnose | Region


Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille



Dans le Forum






Hypnose Thérapeutique, Médicale, Ericksonienne, Thérapies Brèves Orientées Solution, EMDR, IMO sur Paris, Marseille. L'avis de professionnels de santé
Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy
Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Lille, Rennes, Reims, Le Havre, Saint-Etienne, Toulon, Grenoble, Angers, Dijon, Brest, Nîmes, Le Mans, Aix-en-Provence, Clermont-Ferrand, Tours, Limoges, Villeurbanne, Amiens, Metz, Besançon, Perpignan, Orléans, Mulhouse, Caen, Boulogne-Billancourt, Rouen, Nancy, Avignon, Cannes

Rédacteur en Chef: Laurent Gross

Informations relatives au site hypnose-ericksonienne.org
Dernière Mise à Jour du site: 18 Juillet 2019

Termes les plus demandés