Hypnose Ericksonienne & Thérapies Brèves, EMDR, Instituts Milton Erickson, Formation en Hypnose à Paris, Marseille
Hypnothérapeutes: Hypnose Ericksonienne et Thérapeutique. Formation en Hypnose Médicale à Paris, Marseille, Nancy, Nantes, Rennes





Paris







par Laurence ADJADJ

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, Psychologue à Marseille. Présidente de Hypnotim, Centre de Formation en Hypnose, EMDR - IMO et Thérapies Brèves

- Hypnothérapeute - Psychologue - Présidente de HYPNOTIM, Institut de Formation en Hypnose et...

par Laurence ADJADJ

Interventions Chirurgicales et Anxiété. 2 interventions au Congrès Hypnose et Douleur 2016

De St Malo à Marseille... De l'utilisation de séances d'hypnoses collectives pour diminuer...

par Laurence ADJADJ

Prévention du burn-out chez les professionnels de santé. Drs Claude VIROT, Kenton KAISER

Formée en Hypnose Ericksonienne et Thérapeutique auprès du Dr Claude Virot à l'Institut Emergences...

par Laurence ADJADJ

Syndrome de l'Intestin Irritable. 2 interventions majeures au Congrès Hypnose et Douleur 2016

Le Syndrome de l'Intestin Irritable SII (anciennement appelé Syndrome du Colon Irritable), est une...

par Laurence ADJADJ

Un atelier avec le Dr Jean-Michel HERIN, anesthésiste, hypnothérapeute, acupuncteur au Congrès Hypnose et Douleur 2016

A l'occasion du dernier Congrès Hypnose et Douleur de St Malo, j'ai pu assister, bien qu'étant...


La créativité attentive : « Transe-former » les enfants par la psychothérapie. Revue Hypnose & Thérapie Brêve



La créativité attentive :  « Transe-former » les enfants par la psychothérapie. Revue Hypnose & Thérapie Brêve
Psychothérapie - Thérapie par le jeu


Le domaine de l’aide thérapeutique aux enfants est complètement centré sur la question du changement : changer un comportement, une croyance, une émotion, un souvenir. Cela nécessite une relation, un rapport de confiance avec l’enfant. Cela requiert également une communication avec lui qui ne s’en remette pas uniquement au langage verbal. Le jeu est un outil extrêmement important pour la communication en psychothérapie. Une raison de cette importance est que le développement de l’enfant résulte de nombreuses fonctions que le jeu procure.

Il y a au moins quatre fonctions du jeu qui sont utiles à l’enfant :

- la fonction biologique (se relaxer et dépenser de l’énergie) ;

- la fonction intrapersonnelle (explorer et développer l’esprit et le corps, maîtriser des situations et des conflits par le symbolisme et l’accomplissement de désirs) ;

- la fonction interpersonnelle (développer des compétences sociales, réussir la séparation-individuation et la construction de l’identité) ;

- et la fonction socioculturelle (imiter les rôles désirés par l’enfant).

De plus, le développement de l’enfant, lorsqu’il est interrompu, peut être guéri par l’utilisation judicieuse du jeu thérapeutique.


Histoire de cas

Rachel, 8 ans, adorait inventer des histoires à propos de deux enfants d’une même famille qui avaient entrepris de partir à l’aventure pour explorer le monde. Les parents de Rachel étaient en train de divorcer et elle subissait le poids des crises de colère de sa mère. Ces orages verbaux étaient souvent très intenses et humiliants pour Rachel. J’avais su cela en observant la dynamique de la famille, et sûrement pas ce que la fillette m’avait dit.

A la maison, elle était un « public captif », sans espoir de s’échapper. Lors d’un jeu de rôle spectaculaire avec une poupée, Rachel raconta une succession d’histoires : celle d’une petite fille qui déjouait la surveillance des adultes, puis trouvait sa subsistance et un abri dans des circonstances inhabituelles. Partout où elle se rendait, elle réunissait d’autres orphelins, des enfants, et mêmes des adolescents qui semblaient « materner » le groupe. Ses personnages étaient toujours pleins de ressources et résilients.

Lors de ce jeu, Rachel me donna à jouer le rôle des parents. Je le fis en me tourmentant, en me demandant en pleurant où mes enfants étaient partis et comment ils avaient pu disparaître. De temps en temps les enfants laissaient des billets indiquant qu’ils s’étaient enfuis, mais le plus souvent j’étais un parent endeuillé et sans indice sur ce qui était arrivé à mes enfants. Je louai un détective privé pour partir à leur recherche.

Rachel exigea que je sois le plus stupide détective qui ait jamais existé, et fit en sorte que la police, à laquelle j’essayais aussi de recourir, soit complètement incompétente. Dans le rôle du détective, j’avais à annoncer la décevante nouvelle aux parents qui gémissaient bruyamment sur la perte définitive de leurs enfants. J’étais absolument sans espoir de les retrouver.

Où les suggestions hypnotiques trouvèrent-elles leur place dans ce jeu ?
Chacun des rôles que je jouais contenait régulièrement le thème du désespoir. Je jouais en miroir la totalité des émotions que Rachel vivait avec sa mère – l’impuissance. Dans chaque rôle, je donnais des suggestions sur le maternage normal, le parentage normal, comme : « Oh ! que puis-je faire moi qui suis un parent ? Il n’y a rien d’aussi précieux pour moi que mes enfants ! Comment serais-je un jour de nouveau heureuse avant que je ne les trouve ? Je dois avoir fait quelque chose d’horrible pour qu’ils aient dû s’enfuir. » Cette déclaration provoquait à chaque fois un sourire sur le visage de Rachel et ses poupées, elles s’animaient devant ce comportement maternel adapté.

Le thérapeute jouant la mère : « Si le détective les retrouve (il localisait toujours les enfants, mais ceux-ci prenaient alors la fuite, et les parent avaient des mises à jour des rapports du détective), et s’ils rentrent à la maison, je promets de changer pour me comporter de manière qu’ils n’aient plus jamais envie de s’enfuir à nouveau », continuais-je.
Rachel : « Elle ne peut pas changer. » (Maintenant Rachel est absorbée dans son affect, et en train de répondre à la suggestion hypnotique – qui est trop directe, trop consciente pour elle. Je m’en rends compte car au lieu de parler à la poupée-mère directement, par exemple « Tu ne peux pas changer », elle s’adresse à elle à la troisième personne, probablement en pensant à sa propre mère réelle.)

T. jouant le détective : « Tout le monde peut changer son comportement, surtout une mère qui sait qu’elle a fait s’enfuir ses enfants. J’en ai vu plein dans mon travail. J’ai vu plein de mauvais types changer complètement leur vie et arrêter complètement d’être des criminels. » (Je déplace la suggestion vers une métaphore sur les policiers et les criminels de façon à ce qu’elle soit moins consciente.)
Rachel, continuant de parler au détective : « Ouais, mais les parent ne sont pas des criminels. » (Je comprends cela comme une augmentation de son désespoir que les choses ne vont pas changer.)

T. jouant le détective : « Non, mais certains parents sont mauvais et ont besoin de changer. Ces parents ont vraiment l’air prêts à changer. Ils m’ont embauché – n’est-ce pas le cas ? – pour que je retrouve les enfants perdus. » Bingo ! Le comportement de Rachel se modifie soudain, elle se détend et décide de finir l’histoire pour aujourd’hui. Elle fait revenir les enfants de leur aventure et les place dans leur maison avec les parents.

Une question posée par ce travail/jeu porte sur quand être dans l’attitude de reflet et quand fournir des expériences correctrices. Il n’existe pas de procédure pas à pas qui soit simplement à appliquer, si ce n’est commencer par refléter (se rappeler des neurones miroirs et de la construction du rapport) et, lorsque l’enfant paraît pleinement absorbé, donner une suggestion correctrice et observer la réponse. Dans cet exemple, la modification dans le comportement de Rachel m’amena à croire qu’elle avait pris la suggestion qu’il y avait de l’espoir que les parents changent.


Le jeu comme hypnose

Je considère le jeu thérapeutique comme une forme d’hypnose. Le jeu et l’hypnose partagent plusieurs caractéristiques. Rappelons-nous la précédente description de l’hypnose. Celle-ci nécessite un état d’absorption intense. Cette même attention concentrée est observée chez l’enfant lors de ses jeux imaginatifs. L’expérience sensorielle occupe totalement son esprit. La dissociation du temps, du corps, des pensées et des sensations peut survenir pendant l’hypnose.

De manière similaire, durant le jeu, l’enfant entre dans le monde de l’imaginaire et se met à en faire partie. La suggestibilité, qui est la marque de fabrique de l’état hypnotique, trouve un équivalent dans le jeu, l’imagination de l’enfant produisant des suggestions qui sont facilement mises en acte. Jouer peut consister à s’impliquer dans le jeu favori de l’enfant, réaliser des tours de magie, jouer un rôle ou lire une histoire impliquant l’animal favori de l’enfant, monter un spectacle de marionnettes, construire un château, faire bouger des poupées dans une maison de poupées, réaliser des histoires dans un plateau contenant du sable, dessiner, ou toute autre activité qui intéresse l’enfant et qui accède aux dynamiques psychologiques internes sur lesquelles l’enfant peut être focalisé.

Celles-ci peuvent être des dynamiques impliquant la maîtrise et le développement, ou peuvent avoir trait à des expériences traumatiques ayant affecté le développement. Habituellement, les enfants en traitement psychothérapique sont là pour franchir les étapes du développement normal qui amène généralement au déblocage des potentialités, au soulagement de la douleur et de la souffrance, à l’apprentissage de compétences adaptatives, au recadrage d’expériences traumatiques et à la construction d’une bonne estime de soi.


La cadre du trauma

Il m’a semblé utile de conceptualiser l’enfance comme une série de traumas à partir duquel nous grandissons. Cela peut laisser des cicatrices, mais, comme l’arbre qui perd ses branches lors d’un gros orage, si cela ne nous tue pas, nous persévérons ou avec de la résilience et des réserves énergétiques, ou de façon rigide, perturbée et dysfonctionnelle. Ce cadre de référence traumatique à propos de la vie de l’enfant est un cadre complexe, et qui est même sujet à controverses.

Si nous définissons le trauma de façon large - ma définition favorite est celle de Lindemann : « Arrêt soudain de l’interaction humaine » -, il est aisé de concevoir que celui-ci peut commencer dès la naissance. Si on examine les commentaires de Peter Levine à propos du trauma, nous sommes renvoyés à la biologie que j’ai brièvement passée en revue précédemment :

« Le trauma est peut-être la cause de souffrance humaine la plus évitée, ignorée, sous-estimée, niée, mal comprise et non traitée. Bien qu’il soit la source d’immenses détresses et dysfonctionnements, il n’est considéré ni comme une affection ni comme une maladie, mais est vu comme le dérivé d’un état altéré de conscience qui s’établit de façon instinctive. Nous entrons dans cet état altéré – appelons-le mode survie - lorsque nous percevons que notre vie est sur le point d’être menacée. Si nous sommes bouleversés par la menace et incapables de réussir à nous défendre, nous pouvons devenir immobilisés en mode survie. Cet état d’hyperéveil est uniquement destiné à inactiver des comportements de défense immédiate. Mais avec le temps, s’il n’est pas traité, il commence à constituer les symptômes du trauma. »

Le trauma ainsi défini reflète l’état de transe, avec un rétrécissement de l’attention, une dissociation et une altération des sensations et des perceptions.
Une autre définition, plus classique, du trauma est celle de McCann et Pearlman , définition qui inclut l’impuissance. Ces auteurs définissent une expérience comme traumatique si elle est soudaine, inattendue ou anormale, dépassant les capacités perceptives du sujet pour faire face à ses besoins, et bouleversant son cadre de référence personnel, ses autres besoins psychologiques essentiels et les schémas qui leurs sont liés.

Il est important, à propos de ce que j’évoque ici, de faire la distinction entre Trauma (grand T) et trauma (petit t). Il existe des événements majeurs dans la vie que nous considérons tous comme traumatiques quand des êtres humains y sont confrontés. Par exemple, des catastrophes naturelles telles que des éruptions volcaniques, des tsunamis, des ouragans touchant des zones fortement peuplées, la guerre avec ses victimes civiles et militaires, des violeurs en série terrorisant une population.

Nous considérons la pédophilie sous toutes ses formes comme un trauma. Cependant, lorsque nous commençons à examiner la réponse individuelle d’un enfant perdant sa mère dans un magasin, ou celle de votre petit frère qui va à l’hôpital, nous notons qu’il existe un trauma pour un certain nombre d’enfants, et pourtant nous pouvons considérer un tel événement comme non réellement approprié à une telle appellation. J’appelle ceux-ci des traumas (petit t) ; pas seulement car le trauma est mineur mais parce que la situation ne sera pas universellement considérée comme traumatique pour un enfant.

L’évaluation et le traitement du trauma n’étant pas le sujet de cet article, nous dirons juste un mot sur comment le jeu post-traumatique est utile dans ce cadre de référence où le trauma nous structure et le jeu nous restructure. Le jeu post-traumatique, à une extrémité du continuum du jeu, est caractérisé par une répétition compulsive de certains comportements de jeu, un lien inconscient entre le jeu et le(s) événement(s) réels, un littéralisme du jeu qui inclut une représentation du danger, et un manque de spontanéité et de plaisir.

Le jeu est bloqué en mode survie. Le jeu sain, à l’autre bout du continuum, est généralement amusant et soulage l’anxiété. Le jeu post-traumatique n’arrive pas à soulager l’anxiété et peut même en fait l’augmenter. Cela signifie qu’observer un enfant pendant qu’il joue peut être utilisé pour évaluer les symptômes de l’enfant et pour discerner ce qui a été traumatique. Lorsque le jeu est structuré de façon adaptée à la prévention du jeu post-traumatique, le jeu thérapeutique peut être utilisé pour renforcer le moi et guérir le trauma.


Histoire de cas

Alors qu’il avait 18 mois, le petit Greg perdit son frère qui décéda pendant une chirurgie visant à corriger une malformation cardiaque. Le comportement de l’enfant commença à s’agiter de manière croissante et, après quelques mois, ses parents se mirent à la recherche d’une thérapie, se demandant si leur enfant serait un jour capable de comprendre le caractère définitif de la perte. Ils lui avaient dit à de nombreuses reprises que son frère était mort et qu’il ne reviendrait pas à la maison. Greg répondait qu’il comprenait et demandait ensuite : « Revient-il aujourd’hui ? » Sur le plan développemental c’est un phénomène tout à fait naturel – les bébés ne comprennent absolument pas la mort ou en tout cas son irréversibilité.

Lorsqu’ils sont au stade pré-opératoire décrit pas Piaget, nous pensons que les enfants croient la mort réversible, temporaire ou comme un simple sommeil.
Je fis jouer à Greg son jeu favori : construire des édifices. Il avait à prendre des figurines qui soient fières et fortes (ça pouvait être des méchants) et à les « enterrer » à l’intérieur des forts qu’il avait construits. Il devait dire « Prends ça ! », « Il ne pourra plus sortir ! ». Ensuite, il devait récupérer la figurine à l’intérieur et la ressusciter de manière triomphante. Je commençai par observer ce jeu très intense, et constatai l’extrême absorption de Greg.

Je fis l’hypothèse que le thème de l’histoire paraissait concerner la perte du frère, le désir de le retrouver, et peut-être une croyance que les gens étaient enterrés à cause de leur méchanceté (que son frère avait été méchant, ou même que quelque chose s’était passé entre eux et que Greg se sentait coupable que son frère soit mort ensuite). C’était des hypothèses de travail qui restaient à tester au moyen de notre jeu.

Celui-ci présentait des caractéristiques post-traumatiques modérées : très répétitif et obsédant, avec une activité de plus en plus marquée de l’enfant. Je décidai que Greg n’avait pas besoin d’être redirigé, mais simplement d’avoir son pattern de jeu interrompu hypnotiquement par une suggestion correctrice.
Après quelques séances de ce jeu, je me mis à imiter le comportement de Greg. J’enterrai les figurines avec la même conviction, répétai les mêmes mots que lui. C’est un moyen important pour renforcer l’état de transe.

En alliant comportements non verbaux et verbaux, le thérapeute renvoie à l’enfant qu’il comprend son monde interne. C’est une sorte de « pensée qui peut être vue trop fort ». Au moment où vous êtes en train de commencer à créer davantage de dissociation du fait que l’enfant vous regarde (une image en miroir de son propre comportement), l’enfant peut comme sortir de lui-même. Il y eut ensuite plusieurs séances du même genre. Pendant que j’imitais le comportement de Greg, je commençais un pacing hypnotique de telle manière que, après avoir suivi Greg, je commençais à le mener.

« Ces gars sont tellement forts, fiers et puissants. Ils peuvent devenir de bons types, forts et fiers aussi. Ce gars m’a même aidé à construire ce château », dis-je avec une grande conviction. Greg avait les yeux fixés sur ma figurine, et ses gestes restaient suspendus en l’air. (Il est important d’observer soigneusement le comportement de l’enfant, car il va vous indiquer le moment opportun pour faire des suggestions. C’était maintenant le moment.) « Tu sais que quelquefois même les gars les plus forts et les plus fiers doivent s’en aller.

Ce gars va aller profondément à l’intérieur du château, pour toujours, et il sera fort, et puissant, et bon. » Greg m’observa mettre la figurine et la laisser à l’intérieur. Nous recommençâmes avec quelques autres figurines, je répétai à chaque fois la même suggestion, puis Greg annonça que le jeu était fini. Toutes les figurines étaient « enterrées » pour toujours.
Par la suite, Greg ne rejoua plus à ce jeu. Ses parents me dirent que l’agitation s’était arrêtée, tout comme les questions à propos du retour de son frère. Il avait alors un peu plus de 2 ans et cette très grande perte traumatique paraissait moins perturbante.

Il peut y avoir d’autres façons d’analyser ou d’interpréter ce travail. Chacun d’entre nous travaille à partir de sa propre vision du monde et de ses propres schémas. Ce qui est similaire lors d’un décès, ce sont les thèmes qui sont présents dans le jeu qu’utilise l’enfant pour exprimer ce qui est traumatique. Il y aura des thèmes qui sont souvent observés dans les cas d’enfants abusés, par exemple le bien contre le mal, la confiance et la trahison, la protection et l’agression ou la mort comme conséquence d’un mauvais choix.

Nous pourrions les voir comme les archétypes universels qui sont présents en chacun de nous. Kalsched a étendu l’usage de l’archétype jungien afin de comprendre son rôle dans les systèmes résilients de l’esprit. Un tel regard porte facilement à considérer les objets - réels ou imaginés - que l’enfant utilise comme étant le lien avec les images et les sentiments inconscients, non verbalisés, qui contribuent à son ou ses symptômes.

Dans ce type de travail, de nombreux thérapeutes se demandent ce qui peut se passer en cas de suggestion inadaptée. C’est une bonne question. Comme c’est le cas avec toute suggestion hypnotique, si elle ne convient pas elle est alors ignorée. Nous faisons attention de faire des suggestions qui ne blessent pas, et soient dans le pire des cas juste des mots superflus. J’ai dû faire un certain nombre de tentatives avant de trouver les mots qui marchaient avec Greg.

Et comment ai-je su que j’arrivais à bien suivre le jeu post-traumatique ? En « trempant un orteil dans l’eau » pour voir comment Greg répondrait. Pendant que je regardais mon jeu avec la même absorption que la sienne, je savais que je pouvais continuer. S’il m’avait dit de m’arrêter, ou indiqué de quelque manière que je devais le laisser jouer seul, cela aurait signifié pour moi qu’il était trop tôt pour avancer.

Le yin et le yang du travail thérapeutique est de créer la structure de sécurité afin de pouvoir faire le travail plus profond avec les émotions anxieuses pénibles.
En ayant à l’esprit que le trauma fait partie de la croissance et du développement, qu’il est un principe organisateur pour la thérapie, et que l’état ludique ressemble à l’état hypnotique qui ressemble lui-même à l’état de choc biologique, regardons maintenant comment intégrer les suggestions hypnotiques au jeu thérapeutique.



La créativité attentive :  « Transe-former » les enfants par la psychothérapie. Revue Hypnose & Thérapie Brêve

1 2


Rédigé le 19/05/2011 modifié le 19/05/2011
Lu 2280 fois





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Août 2019 - 11:15 Les Etats généraux de la CFHTB

Congrès | Formations Hypnose | Revue HYPNOSE & Thérapies Brèves | Revue Sexualités Humaines | Livres | Video - Films | A Vos Plumes | Formations Thérapies Brèves | Revue de Presse Hypnose | Region


Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille



Dans le Forum






Hypnose Thérapeutique, Médicale, Ericksonienne, Thérapies Brèves Orientées Solution, EMDR, IMO sur Paris, Marseille. L'avis de professionnels de santé
Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy
Que dit-on à Marseille, Paris, Nantes, Nancy au sujet de l'hypnose, de l'EMDR et des thérapies brèves
Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Lille, Rennes, Reims, Le Havre, Saint-Etienne, Toulon, Grenoble, Angers, Dijon, Brest, Nîmes, Le Mans, Aix-en-Provence, Clermont-Ferrand, Tours, Limoges, Villeurbanne, Amiens, Metz, Besançon, Perpignan, Orléans, Mulhouse, Caen, Boulogne-Billancourt, Rouen, Nancy, Avignon, Cannes

Rédacteur en Chef: Laurent Gross

Informations relatives au site hypnose-ericksonienne.org
Dernière Mise à Jour du site: 18 Juillet 2019

Termes les plus demandés