Hypnose Ericksonienne & Thérapies Brèves, EMDR, Instituts Milton Erickson, Formation en Hypnose à Paris, Marseille
Hypnothérapeutes: Hypnose Ericksonienne et Thérapeutique. Formation en Hypnose Médicale, EMDR à Paris, Marseille, Nancy, Nantes, Rennes





Paris







par Dr Jimmy GROSS

Formation à l’Hypnose Médicale dans la prise en charge du patient douloureux - 9 jours

Objectifs: - Acquisition des techniques d’hypnose et de communication thérapeutique utilisables sur...

par Dr Jimmy GROSS

Formation en Hypnoanalgésie, Gestion de la douleur aiguë

Objectifs : Acquisition des techniques d’hypnose et de communication thérapeutique permettant...

par Dr Jimmy GROSS

Formation à l’Hypnoanalgésie en soins dentaires

Aux travers d'exposés, démonstrations et analyses, nous vous proposons de vous former à...

par Laurence ADJADJ

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, Psychologue à Marseille. Présidente de Hypnotim, Centre de Formation en Hypnose, EMDR - IMO et Thérapies Brèves

- Hypnothérapeute - Psychologue - Présidente de HYPNOTIM, Institut de Formation en Hypnose et...

par Laurence ADJADJ

Interventions Chirurgicales et Anxiété. 2 interventions au Congrès Hypnose et Douleur 2016

De St Malo à Marseille... De l'utilisation de séances d'hypnoses collectives pour diminuer...

par Laurence ADJADJ

Prévention du burn-out chez les professionnels de santé. Drs Claude VIROT, Kenton KAISER

Formée en Hypnose Ericksonienne et Thérapeutique auprès du Dr Claude Virot à l'Institut Emergences...

par Laurence ADJADJ

Syndrome de l'Intestin Irritable. 2 interventions majeures au Congrès Hypnose et Douleur 2016

Le Syndrome de l'Intestin Irritable SII (anciennement appelé Syndrome du Colon Irritable), est une...

par Laurence ADJADJ

Un atelier avec le Dr Jean-Michel HERIN, anesthésiste, hypnothérapeute, acupuncteur au Congrès Hypnose et Douleur 2016

A l'occasion du dernier Congrès Hypnose et Douleur de St Malo, j'ai pu assister, bien qu'étant...

par Laurence ADJADJ

Hypnose, EMDR-IMO à Marseille : L'interview de Laurence Adjadj psychologue et hypnothérapeute

Le Collège d'Hypnose & Thérapies Intégratives de Paris reçoit dans ses locaux Laurence Adjadj,...

par Laurence ADJADJ

L’art de passer de «hypnose et douleur» à «hypnose et bien être» selon Sophie Cohen

Revenir régulièrement à Rennes, est pour moi une évidence, afin de venir écouter, comprendre...

par Laurence ADJADJ

Etre sur la même longueur d'onde. De la théorie quantique à l'hypnose, vue par le Dr Claude Virot

Dernièrement, je me suis rendue à Rennes pour suivre l’intervention du Dr Claude Virot sur un thème...

par Laurence ADJADJ

Arrêter de fumer. Centre d'Hypnose et Thérapies Brèves de Marseille

La nocivité du tabac est clairement établie, il est responsable de 66 000 morts par an en...

Editorial Pr Gérard OSTERMANN. Revue Hypnose et Thérapies Brèves 62



Editorial Pr Gérard OSTERMANN. Revue Hypnose et Thérapies Brèves 62
« Tant que l’homme sera mortel, il ne sera jamais décontracté. » Woody ALLEN
Il y a quatre grands « inévitables » auxquels personne n’échappe : la souffrance physique, l’absurdité, la solitude et la mort. Notre société occidentale du XXIe siècle semble vouloir estomper (ou même éviter) les souffrances de tous ordres, comme si l’acceptation même de la souffrance, voire sa valorisation, n’était qu’héritage de cette éducation judéo-chrétienne dont il faudrait se libérer à tout prix afin de pouvoir jouir sans crainte et sans contrainte... et donc sans peur. Deux mots, un substantif – la peur – et un verbe – souffrir. Cette peur qui peut se décliner en : peur de souffrir, de voir souffrir, de faire souffrir. Le verbe associe le sujet à son expérience, alors que le substantif évoque une mise à distance de ce dont il est question.

Myriam Mercier, formée entre autres à la thérapie du lien et des mondes relationnels, aborde et met en mots cette peur de souffrir face à la mort. « Comment parler de la peur de la mort chez les soignants sans évoquer la place de leurs émotions ou plutôt de l’espace émotionnel autorisé ? Cet espace autorisé s’envisage invariablement à la lumière de la liberté d’être. »

C’est donc d’abord de l’expérience de la souffrance dont il est question, à moins que le verbe soit sous-entendu : « avoir peur de souffrir, etc. ». Deux mots, deux maux, intrinsèquement liés à la condition humaine, d’un registre négatif, dans le sens où ils évoquent la perte d’un équilibre plus ou moins harmonieux. Nous pouvons nous interroger à la lecture de celui-ci sur l’importance du lien dans la relation et notamment la notion de perte. Myriam Mercier nous conduit à travers ses expériences à entrevoir la possibilité d’un accompagnement délicat et efficace pour aider les soignants à « s’autoriser à vivre leur vulnérabilité librement ».

Dans cette relation d’accompagnement, de nombreux mécanismes conscients et inconscients apparaissent. La difficulté pour un soignant est de pouvoir repérer ces gestes, ces signes qui laissent entrevoir une souffrance invisible, indicible. Ces gestes autocentrés nommés habilement ainsi par le Docteur Corinne Paillette permettent aux soignants, à travers la relation de soins physiques, psychiques où par l’intermédiaire de divers outils (l’hypnose, EMDR...), de les repérer. L’attachement insécure, le désespoir génèrent l’augmentation des comportements autocentrés. « Repérer les gestes autocentrés permet tout de suite d’avoir accès à un phénomène non conscient qui a pour but de trouver une solution au problème, ou de rassurer, d’amener une certaine sécurité intérieure. C’est un geste de ré-association : il associe le corps à l’esprit. »

Accompagner l’autre dans une démarche de soins peut révéler voire réveiller chez les soignants des angoisses, des inquiétudes, des peurs liées à un vécu propre à chacun. Dans toutes ces peurs entre également en jeu le niveau de sensibilité de chacun, la dimension sensible propre à chaque être humain, qui est sa capacité à appréhender les situations, à les éprouver ou à les ressentir. La souffrance au travail a longtemps été tue – parce que considérée comme le fait d’une faiblesse personnelle – alors que de nombreuses recherches ont montré la part des organisations du travail dans cette souffrance.

L’exposé de Jérémy Cuna est consacré à une analyse philosophique des paramètres qui contribuent au burn-out des soignants. Il s’attache à comprendre les facteurs de risques liés aux métiers vocationnels et montre aussi l’importance du travail dans nos vies, afin de comprendre combien la souffrance au travail peut aller jusqu’à affecter l’identité de ceux qui l’éprouvent. « Cela engendre en eux une propension à s’adapter aux circonstances et aux exigences de leur emploi, allant parfois jusqu’à chercher à concilier l’inconciliable, souvent au détriment de leur bien-être, voire de leur santé. La thérapie peut mettre en lumière cela et, sans pour autant chercher à apporter une piste de solution au patient, l’amener à procéder lui-même aux réajustements qui lui sont nécessaires, afin de retrouver un équilibre satisfaisant dans l’exercice de ses fonctions et se dégager des injonctions paradoxales qui lui sont imposées. » Jérémy Cuna partage avec nous son expérience habile de la métaphore thérapeutique et du geste de Rossi dans l’accompagnement des patients en prise à des injonctions paradoxales professionnelles qui les mettent en danger. Cet accompagnement se fait dans une compréhension systémique. Plus nous sommes libérés de blessures intérieures et moins les épreuves de la vie, aussi absurdes soient-elles, ne viennent altérer notre stabilité intérieure. Comment dans chacun de ces exemples cités ne pas évoquer la place de la spiritualité dans l’acceptation de la souffrance qui ne devient alors « que » terrestre et peut dès lors trouver sens dans nos vies... Cette spiritualité préexiste-t-elle chez celui ou celle qui, de ce fait, n’a plus – a moins – peur de souffrir, ou devient-elle consciente lorsque des événements de vie rendent le vécu insupportable sans accéder à cette dimension spirituelle ?

« Quand je lâche ce que je suis, je deviens ce que je pourrais être. » Lao TSEU



GÉRARD OSTERMANN Professeur de thérapeutique, médecine interne, psychothérapeute. Administrateur de la Société française d’alcoologie, responsable du diplôme d’université de Pathologie de l’oralité, Bordeaux 2.

Commander la Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°62

Pour commander la Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°62

Illustrations : © Roberta Lo Menzo
 


N°62 : août, septembre, octobre 2021
- Edito : Transe relationnelle. Julien Betbèze, rédacteur en chef
- La lévitation : un catalyseur de changement. Daniel Quin. Lâcher prise consiste à sortir de son cadre habituel de références et, par la transe, plonger dans un univers sans savoir où il nous mène. Avec les exemples de Marie, 12 ans, en échec scolaire, Lise, 35 ans, qui souffre de compulsion alimentaire, de Nadine, 22 ans qui veut perdre du poids, d’Anne, 35 ans, qui boit de la bière de façon excessive.
- Conversation de désengagement : le changement par l’aversion. Alain Vallée. Exercices pratiques pour amener au désir de changement. Ce genre de conversation centrée sur la liberté ou la contrainte, les valeurs ou le jugement d’autrui et les sensations corporelles est d’une grande puissance et prend peu de temps. Avec les exemples du tabagisme, de la colère…
- De la métaphore à la chanson de geste. Histoire de réceptivité. Bruno Dubos. Dans le travail métaphorique tout est question de réceptivité. Le thérapeute utilise une métaphore pour « aller vers le sujet », celui-ci va-t-il la « recevoir » ? Avec l’exemple de Sylvie et sa suite traumatique d’un long parcours émaillé d’interventions chirurgicales conséquence d’une erreur médicale.

- Les outils de la thérapie narrative : trouver du sens à l’insensé. Françoise Villermaux. Quoi de plus anxiogène, pour le psychologue ou le pédopsychiatre, qu’un adolescent qui exprime des idées suicidaires ? Illustration avec Célia, 14 ans et Elio, 15 ans.



Dossier : Douleur, douceur
- Edito : Gérard Ostermann
- La peur des soignants face à la mort. Myriam Mercier. Confrontés à la mort de patients dans leur travail, les soignants sont-ils autorisés à laisser parler leurs peurs ? Ou doivent-ils laisser leurs émotions à la maison ?

- Burn-out et doubles liens professionnels. Jérémy Cuna. Les exemples de M. H, directeur et délégué du personnel et de M. L, directeur adjoint et mari d’une salariée.
- Les gestes autocentrés : phénomène non conscient de ré-association. Corinne Paillette. Croiser les mains et mouliner des pouces, pianoter avec ses doigts sur ses cuisses, se gratter la tête… autant de petits gestes à observer chez les patients.

Dossier : Thérapie familiale
- Edito : Julien Betbèze. Mony Elkaïm : un thérapeute familial hors du commun
- Résonance et hypnose. En hommage à Mony Elkaïm et François Roustang. Sylvie Le Pelletier Beaufond. En vignette clinique, Mme C, 40 ans, en dépression depuis des années.
- Affronter l’ado tout-puissant : TOS (Thérapies Orientées Solution) et approches stratégiques. L’incroyable prise de pouvoir d’un adolescent de 15 ans sur sa famille. Sophie Tournouër

- Thérapie familiale et hypnose. Dimitri Tessier. Rétablir les liens entre les personnes dans des contextes de blocages relationnels. Les exemples de la famille L, une femme élève seules ses enfants, et du couple C en désaccord sur l’éducation de leur fille.

Rubriques
- Quiproquo. Stéfano Colombo. « Famille ». Dessin de Mohand Chérif Si Ahmed alias Muhuc
- Les champs du possible. Adrian Chaboche. Heureusement le temps passé passe par le présent.
- Culture monde. Sylvie Le Pelletier Beaufond. Les forces de l’invisible. Thérapies au Bénin.
- Les Grands entretiens. Gérard Fitoussi. Jacques-Antoine Malarewicz
- Livres en bouche: Julien Betbèze, Sophie Cohen.

Rédigé le 08/10/2021 modifié le 08/10/2021
Lu 37 fois

Laurent GROSS
Hypnothérapeute, Psychothérapeute certifié ARS en 2013, a travaillé en tant que kinésithérapeute... En savoir plus sur cet auteur




Nouveau commentaire :

Congrès | Formations Hypnose | Revue HYPNOSE & Thérapies Brèves | Revue Sexualités Humaines | Livres | Video - Films | A Vos Plumes | Formations Thérapies Brèves | Revue de Presse Hypnose | Region


Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille



Dans le Forum






Hypnose Thérapeutique, Médicale, Ericksonienne, Thérapies Brèves Orientées Solution, EMDR, IMO sur Paris, Marseille. L'avis de professionnels de santé

Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy
Que dit-on à Marseille, Paris, Nantes, Nancy au sujet de l'hypnose, de l'EMDR et des thérapies brèves
Paris, Marseille, Vincennes, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Lille, Rennes, Reims, Le Havre, Saint-Etienne, Toulon, Grenoble, Angers, Dijon, Brest, Nîmes, Le Mans, Aix-en-Provence, Clermont-Ferrand, Tours, Limoges, Villeurbanne, Amiens, Metz, Besançon, Perpignan, Orléans, Mulhouse, Caen, Boulogne-Billancourt, Rouen, Nancy, Avignon, Cannes

Rédacteur en Chef: Laurent Gross

Informations relatives au site hypnose-ericksonienne.org
Dernière Mise à Jour du site: 26 Avril 2021

Termes les plus demandés

 

Formation EMDR-IMO à MarseilleFormation EMDR Marseille