Hypnose Ericksonienne & Thérapies Brèves, EMDR, Instituts Milton Erickson, Formation en Hypnose à Paris, Marseille




Charte HONcode

Abonnez-Vous...

Abonnez-Vous...
A la revue HYPNOSE & Thérapies Brèves
Cliquez ici






Livres Hypnose Ericksonienne

Livres Hypnose Ericksonienne
Acheter en ligne des livres d' hypnose ericksonienne et thérapie brève


livres hypnose ericksonienne







par Laurence ADJADJ

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute à Marseille. Présidente de Hypnotim, Centre de Formation en Hypnose et Thérapies Brèves

- Hypnothérapeute - Présidente de HYPNOTIM, Institut de Formation en Hypnose et Thérapies...

par Laurence ADJADJ

Interventions Chirurgicales et Anxiété. 2 interventions au Congrès Hypnose et Douleur 2016

De St Malo à Marseille... De l'utilisation de séances d'hypnoses collectives pour diminuer...

par Laurence ADJADJ

Prévention du burn-out chez les professionnels de santé. Drs Claude VIROT, Kenton KAISER

Formée en Hypnose Ericksonienne et Thérapeutique auprès du Dr Claude Virot à l'Institut Emergences...

par Laurence ADJADJ

Syndrome de l'Intestin Irritable. 2 interventions majeures au Congrès Hypnose et Douleur 2016

Le Syndrome de l'Intestin Irritable SII (anciennement appelé Syndrome du Colon Irritable), est une...

par Laurence ADJADJ

Un atelier avec le Dr Jean-Michel HERIN, anesthésiste, hypnothérapeute, acupuncteur au Congrès Hypnose et Douleur 2016

A l'occasion du dernier Congrès Hypnose et Douleur de St Malo, j'ai pu assister, bien qu'étant...



Restauration Système : Traiter le trauma à l’hôpital psychiatrique

Développer la prise en charge des nombreux patients traumatisés qui peuplent les services hospitaliers de psychiatrie, tel est le propos de Dany Delporte qui nous propose une approche structurée combinant hypnose et stimulations sensorielles alternatives.



Restauration Système : Traiter le trauma à l’hôpital psychiatrique
Psychiatre exerçant dans un EPSM, je suis confrontée régulièrement à des personnes qui vivent des états dissociatifs trouvant leur origine dans des événements antérieurs.
Dans mon expérience, 70 à 80 % des patients hospitalisés en psychiatrie sont porteurs de dissociations qui sont parfois en cascades (pouvant se situer à différents âges ou/et avec des dissociations étagées, couches par couches, qui rendent la résolution complexe).

Souhaitant partir de cas concrets pour communiquer sur une technique qui permet une résolution intéressante, je débouche sur une discussion dont je n’avais pas à l’origine envisagé la portée.
A vous de juger.

Cas n°1
Madame X. vient me voir, envoyée par la psychologue du service : elle a été victime, très jeune et durant plusieurs années, d’inceste perpétré par son père. Après un travail d’approche assez long avec la psycho, elle se sent prête à un abord du trauma utilisant la technique des mouvements oculaires.

Il s’agit d’une patiente très calme, semblant bien gérer, utilisant la méditation.

Je lui explique l’aspect un peu technique du travail. Je commence par installer un lieu sûr dynamique (HTSMA). Nous commençons ensuite à déprogrammer le trauma, mais la patiente ne parvient pas à se mettre à distance; cela l’absorbe complètement, lui ramenant des sensations physiques insupportables. Nous terminons la séance en revenant au lieu sûr installé au début de la séance, sans avoir réussi à avancer.

Lorsqu’elle revient, elle dit toute la difficulté de la consultation précédente et nous décidons de travailler dans un premier temps à renforcer toutes les relations sécurisantes qu’elle a connues dans sa vie.

Elle lit également le livre de Reynaldo Perrone et Martine Nannini, Violence et abus sexuels dans la famille, qui lui permet de se faire une idée plus précise des mécanismes d’emprise.
Les personnes abusées jeunes et durant un temps long développent une incapacité à dire non: elles ne disent pas oui mais ne peuvent refuser, elles s’interrogent très souvent sur leur absence de réaction et s’en sentent coupables (« Pourquoi est-ce que je n’ai rien dit ? »).

Ce livre décrit très bien comment se construit le piège de l’abuseur, et comment la victime se trouve engluée dans sa toile. Elles peuvent ainsi, en comprenant le processus de l’emprise, rendre la responsabilité de l’abus à celui qui l’a commis et lâcher progressivement leur culpabilité. Les témoignages contenus dans ce livre les aident aussi à se sentir moins isolées face au trauma. Elles décryptent plus facilement les tentatives de mise en œuvre de ce type de communication, lorsqu’elles y sont soumises.

Nous travaillons à améliorer (par le sabotage thérapeutique, les alternatives illusoires, l’humour, etc.) les relations un peu difficiles qu’elle entretient avec certaines personnes de son entourage, notamment sa mère qui tente de l’envahir, et sa fille aînée avec qui les disputes sont nombreuses.

A la séance suivante, elle arrive en me disant que certaines scènes lui reviennent, que la petite fille en elle se plaint de ne pas être entendue et de devoir porter seule le trauma. Elle est prête à travailler dessus.

Je lui propose d’utiliser la technique de Rossi dont elle a déjà bénéficié. Elle met dans une de ses mains tout ce qu’elle est en tant que « femme adulte », toutes ses ressources et compétences, toute sa capacité à gérer et « di-gérer ». Des consignes de bienveillance et de protection lui sont données, avec la possibilité d’évacuer l’excès de tensions et d’émotions par son gros orteil droit ou son gros orteil gauche (alternative illusoire dont elle me dira qu’elle l’a bien servie). Elle met dans l’autre main, lorsqu’elle est prête, la petite fille – mais seulement les choses positives et elle peut laisser le reste.

A un moment, je lui propose de faire du « taping » (mouvement alternatif de tapotement sur les genoux qui permet de reconnecter, ici, deux parties séparées au moment du trauma) sur ses genoux, pour aider à la fusion des deux parties. Elle accepte. Je lui demande alors de prendre la petite dans ses bras, de la remercier de tout ce qu’elle a porté pour leur permettre de survivre au traumatisme, et de l’assurer que dorénavant elles géreront ensemble.

La séance se termine, ma patiente est souriante et émue, moi aussi. Comment ne pas être touché par ce processus de réappropriation de soi…
Elle part en me disant qu’elle sent le processus au travail, et que les choses vont continuer à changer. Elle ne présente aucune angoisse.

Lors de la séance suivante, sa présentation a changé : elle est plus ouverte, plus assurée. Elle est attentive aux modifications de son comportement: davantage de positionnement, affronte plus le conflit. Elle me dit avoir contacté une partie « d’avant l’abus ».

Elle est plus consciente de ce qu’elle a subi et cela lui fait moins peur. Elle se revoit très jeune (environ 2 ans), allongée sur un couvre-lit dont les dessins la hantent.
Nous poursuivons ce travail de « pont » durant quatre séances, avec comme résultat une disparition des moments de « flottements » et de « trous noirs ». (Dans la nomenclature classique, elle serait qualifiée d’« état limite »).

Durant ce temps, une difficulté sexuelle surgit avec son ami à cause d’un geste qu’elle refuse une première fois et qu’il répète, entraînant une réaction de prostration.
Elle en est bouleversée. Elle craint pour l’intégrité de son couple. Nous faisons une séance d’HTSMA : elle rassemble tout le ressenti émotionnel en lien avec cet incident (écho sans doute du vécu traumatique) et le dépose dans sa main. La technique des mouvements oculaires, couplée avec l’externalisation, permet un apaisement et un retour vers un état stable. Sa relation de couple se poursuit sans heurts.

Un deuil soudain la frappe alors, qui devient notre axe de travail prioritaire. Sa tendance à se dissocier et à s’isoler s’est réactivée avec ce drame (elle a perdu son fils de 16 ans). Elle fait le lien avec son vécu traumatique infantile. Nous faisons une séance pour « dire au revoir ». Elle parvient à se reconnecter à son chagrin et à accepter de le partager avec ses proches (sa mère ne l’avait pas crue lors du dévoilement de l’abus et lui en avait fait porter la responsabilité quelques années plus tard lorsqu’elle avait surpris son mari et sa fille au lit).

Elle sait qu’elle a besoin de temps pour faire son deuil. La bonne relation qu’elle avait réussi à établir récemment avec son fils lui donne de la force: ils s’étaient retrouvés.

Rédigé le 11/09/2012 modifié le 11/09/2012


Lu 2772 fois



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5 » ... 13

Congrès | Formations Hypnose | Revue HYPNOSE & Thérapies Brèves | Revue Sexualités Humaines | Livres | Video - Films | A Vos Plumes | Formations Thérapies Brèves | Revue de Presse Hypnose | Region


Paris


Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille



Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille
Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Lille, Rennes, Reims, Le Havre, Saint-Etienne, Toulon, Grenoble, Angers, Dijon, Brest, Nîmes, Le Mans, Aix-en-Provence, Clermont-Ferrand, Tours, Limoges, Villeurbanne, Amiens, Metz, Besançon, Perpignan, Orléans, Mulhouse, Caen, Boulogne-Billancourt, Rouen, Nancy, Avignon, Cannes

Rédacteur en Chef: Laurent Gross

Informations relatives au site hypnose-ericksonienne.org
Dernière Mise à Jour du site: 17 Decembre 2016