Hypnose Ericksonienne & Thérapies Brèves, EMDR, Instituts Milton Erickson, Formation en Hypnose à Paris, Marseille, Nantes

Hypnose éricksonienne et thérapeutique. Formation en Hypnose Médicale à Paris, Marseille, Avignon, Nantes, Rennes




Brèves

Charte HONcode

Abonnez-Vous...

Abonnez-Vous...
A la revue HYPNOSE & Thérapies Brèves
Cliquez ici



Les News



Livres

Livres Hypnose Ericksonienne

Livres Hypnose Ericksonienne
Acheter en ligne des livres d' hypnose ericksonienne et thérapie brève


livres hypnose ericksonienne







Dans nos blogs
par Laurence ADJADJ

Interventions Chirurgicales et Anxiété. 2 interventions au Congrès Hypnose et Douleur 2016

De St Malo à Marseille... De l'utilisation de séances d'hypnoses collectives pour diminuer...

par Laurence ADJADJ

Prévention du burn-out chez les professionnels de santé. Drs Claude VIROT, Kenton KAISER

Formée en Hypnose Ericksonienne et Thérapeutique auprès du Dr Claude Virot à l'Institut Emergences...

par Laurence ADJADJ

Syndrome de l'Intestin Irritable. 2 interventions majeures au Congrès Hypnose et Douleur 2016

Le Syndrome de l'Intestin Irritable SII (anciennement appelé Syndrome du Colon Irritable), est une...

par Laurence ADJADJ

Un atelier avec le Dr Jean-Michel HERIN, anesthésiste, hypnothérapeute, acupuncteur au Congrès Hypnose et Douleur 2016

A l'occasion du dernier Congrès Hypnose et Douleur de St Malo, j'ai pu assister, bien qu'étant...

par Laurence ADJADJ

Hypnose, EMDR-IMO à Marseille : L'interview de Laurence Adjadj

Le Collège d'Hypnose & Thérapies Intégratives de Paris reçoit dans ses locaux Laurence...


Dr Dominique MEGGLE: Terra Hypnosia, les vieilles cartes sont précieuses

Dans un style de plus en plus affirmé, Dominique Megglé proclame ses convictions sur ce qui lui paraît essentiel de l’hypnose thérapeutique. En reparcourant le travail d’Erickson qu’il vit lui-même dans son propre voyage vital. Avec lui, HYPNOSE & Thérapies brèves est heureuse de lancer le débat !



Dr Dominique MEGGLE: Terra Hypnosia, les vieilles cartes sont précieuses
PARIS, 1984

Paris, 1984 : le livre de Jay Haley Un Thérapeute hors du commun, Milton H. Erickson paraît pour la première fois en France. Jean Godin, Jacques-Antoine Malarewicz et Alain Cayrol organisent les premières formations à l’hypnose éricksonienne en France.

Très vite, je suis intrigué car ce que j’y apprends est passionnant, mais ne reflète pas la pratique d’Erickson telle que Haley la décrit. On nous enseigne que l’hypnose est permissive. Non directive, elle permet de lâcher prise, et ainsi de laisser faire l’inconscient qui peut alors déployer toute sa créativité. Au contraire, chez Haley, Erickson apparaît comme un stratège, certes plein d’humour, mais directif et autoritaire, maniant sans cesse de l’hypnose profonde.

Un jour, je fais part de mes interrogations à Jean Godin. Il est formel. Il m’affirme que nous savons désormais qu’en thérapie, nous n’avons pas besoin de transes profondes; celles-ci sont des phénomènes qualitativement différents de l’hypnose et obtenus par des manipulations non éthiques; on ne doit même pas se préoccuper de savoir si la transe est profonde ou pas; le fait de se poser la question trahit un fantasme de toute-puissance; c’est en cela que réside l’apport le plus important d’Erickson, ce qu’ont bien montré les travaux d’Ernest Rossi.

Des relaxations, un peu de rêve éveillé, quelques suggestions indirectes et métaphores, et cela devrait suffire, car voilà l’hypnose moderne. Fermez le ban !

CHERBOURG, 1988.

Un jour, Nadine, 35 ans, que je viens d’hypnotiser, se lève de son fauteuil, yeux grands ouverts. Je pense avoir raté l’induction. Elle a l’air complètement éveillée. Elle va vers le mur du fond de mon bureau et entreprend la récitation de l’axiome de Thalès. Avec une craie hallucinée, elle écrit la leçon sur le tableau halluciné et répond aux questions de son professeur de collège halluciné. Quand elle a fini, la cloche sonne. Elle va vers la fenêtre, y lit le menu du déjeuner et part pour la cantine. Quand elle sort de sa transe, elle est amnésique.

Sans les avoir cherchés, j’avais enfin rencontré les phénomènes que, d’après Haley, Erickson maniait sans cesse, mais je ne savais qu’en faire car je n’y avais pas été préparé. Ce n’était pas le dialogue d’autrefois avec Jean Godin qui pouvait m’aider. Ce n’était pas non plus tous les séminaires de spécialistes américains auxquels j’avais participé depuis : ils répétaient tous, peu ou prou, le même refrain que Godin.

Il fallait d’urgence que je trouve des cartes1 pour m’orienter dans ce monde entièrement nouveau et fascinant. Visiblement, celles que m’avaient données mes formateurs éricksoniens n’étaient pas suffisantes : de simples croquis, à peine ébauchés, de la Terra hypnosia, laquelle se dévoilait brusquement comme un vaste continent à découvrir. Les îles de cette terre, Créativité, Intuition, Ressources et Changement, étaient bien plus riches que ce qu’on m’en avait dit. Mes formateurs s’y étaient-ils seulement rendus ? Sinon, comment expliquer l’indigence de leurs cartes ?

J’ai alors dévoré tout ce que j’ai pu d’Erickson. Je me suis plongé dans ses vieilles cartes, depuis les années 30 jusqu’à sa mort en 1980. Tout y était décrit en détails de la Terra hypnosia. Il l’avait explorée à fond. L’évidence me sautait aux yeux que très peu de monde les avait consultées. Elles sont pourtant tellement précieuses.

ERNEST ROSSI

J’ai mieux compris l’affirmation déconcertante de Godin. Il avait été leurré par Ernest Rossi dont les idées le séduisaient bien plus que celles d’Erickson. Nous devons à Rossi d’avoir dressé l’inventaire des moyens de communication indirecte d’Erickson. Mais Rossi a commis un péché, celui d’avoir tenté de faire coller Erickson à ses idées à lui, et ensuite de nous faire croire que cet Erickson revisité par lui était le véritable.

Rossi est un psychanalyste jungien. Nécessairement donc, l’inconscient est puissant, quasi-divin, symbolique et créatif. Tout au long de milliers de pages, on le voit essayer de le faire dire à Erickson. Surtout, de par sa personnalité, Rossi a une peur panique de l’autorité, a fortiori de tout ce qui traduirait une possible manipulation: alors, il tremble et il en arrive à tordre l’évidence. Dans les stratagèmes les plus tordus d’Erickson, il discerne une immense permissivité libératrice. Là, il faut être fort ! Erickson le laisse dire en souriant gentiment. Ainsi, il rassure Rossi. Il le tranquillise.

Depuis 1984, grâce aux premiers semis de Jean Godin, l’hypnose a bien diffusé en France et les formations se sont multipliées, et ce sont donc, souvent, plus les idées de Rossi qui sont enseignées que celles d’Erickson.

LOS ANGELES, 1994

La première découverte que j’ai faite à la lecture d’Erickson est qu’il n’était pas un éricksonien moderne. Le plus souvent, il ne faisait pas d’hypnose légèremoyenne, tout ce qui est décrit de nos jours comme hypnose éricksonienne, mais de l’hypnose profonde. Celle-ci occupe l’écrasante majorité de ses publications parce qu’elle occupait l’écrasante majorité de sa pratique. Il a introduit la brièveté en thérapie grâce aux transes profondes, parce que celles-ci provoquent un réaménagement inconscient rapide et durable. Quand l’esprit inconscient peut fonctionner librement, sans interférence de l’esprit conscient - ce qui est la définition de l’hypnose profonde -, toute sa Créativité se déploie enfin, les Ressources qui y sont stockées s’expriment facilement, des Intuitions surviennent agréablement et le Changement se fait sans effort.

A Los Angeles, au Congrès éricksonien international de 1994, j’ai présenté la compréhension nouvelle du métier d’hypnotiste que cette découverte m’avait donnée. A la fin du cours, Mme Erickson est venu me trouver, a pointé son doigt sur moi, puis après un court silence intimidant, m’a dit avec un grand sourire : « You’ve got it ! ». Elle m’a confirmé que tel était bien le travail de son mari : toujours plus d’hypnose profonde pour des thérapies rendues ainsi toujours plus brèves, autant que possible.

« JE LE VEUX. FAITES-LE. »

Une deuxième découverte que j’ai faite dans les veilles cartes d’Erickson, c’est qu’il utilisait autant de suggestions directes qu’indirectes. Il ne se servait des indirectes que s’il rencontrait de la résistance. Celle-ci n’est pas une fatalité. Beaucoup de patients coopèrent facilement dès qu’ils se sentent compris par leur thérapeute, ce qui permet à celuici d’être direct. Erickson ne compliquait pas inutilement sa pratique. Il cherchait la simplicité.

Trop souvent, les éricksoniens modernes sont indirects sans raison. En fait, ils ont peur de leur influence, peur d’être efficaces par trois mots qui sortiraient de leur bouche. Alors ils contorsionnent leur discours là où ce n’est pas la peine. Ils se cachent derrière des « peut-être que, vous pouvez peut-être, il est possible que ceci ou cela ou cela, je ne sais pas si ou si. »

Ils seraient effrayés de dire : « Maintenant, arrêtez cette poussée de rectocolite. Arrêtez de saigner. Dégonflez la muqueuse de votre intestin. Détendez les muscles de vos intestins, et faites des jolis petits caillots partout là où il faut. » Le patient à qui j’ai donné ces suggestions était dans un tel état de souffrance que la colectomie était envisagée. Trois séances de cette hypnose directe ont eu raison de la rectocolite, laquelle ne s’est plus manifestée depuis 15 ans.

Bien des éricksoniens modernes auraient du mal à pratiquer l’induction directe suivante, souvent lue chez le Maître, que j’aime utiliser de plus en plus : « Maintenant, je veux que vous entriez dans une transe très profonde, tellement profonde que vous laissez votre corps dans la chaise et vous flottez loin, flottez loin dans le temps, loin dans l’espace. Faitesle. » En un clin d’oeil, vous récoltez une transe profonde et de multiples phénomènes hypnotiques, parce que vous avez dit « Je veux » et qu’ainsi, avec quelques impératifs, vous n’avez laissé aucun doute sur vos intentions au sujet. C’est très agréable de dire : « Je veux ». Je veux. Aucun doute. Sécurité pour le sujet : il se sent épaulé, fortement. Un jour, une de ses filles demande à Erickson : « Mais, Papa, comme cela se fait-il que tes patients fassent toutes les choses dingues que tu leur demandes ? » Papa répond : « Because they know I mean it. ». « Parce qu’ils savent que c’est vraiment ce que je veux dire. »


Lundi 30 Septembre 2013
Thierry SERVILLAT
Dr Thierry SERVILLAT, Psychiatre, Ancien Président de la Confédération Francophone d'Hypnose et... En savoir plus sur cet auteur
Lu 5055 fois



1.Posté par Laurence ADJADJ-BORLA le 10/10/2013 00:34
De l’utilité de la transe profonde à la coopération thérapeutique…


Peut-être cela est-il déjà un ancrage, je ne sais pas, mais s’installer posément (pausément) dans mon fauteuil confortable, afin de plonger avec délectation dans la dégustation de la dernière Revue Hypnose et Thérapies brèves, commence toujours par le besoin de poser un instant mes yeux sur la couverture de celle-ci. Et celle-ci aujourd’hui est rouge… Sur la couverture, simplement de laisser les yeux s’y poser, peut-être afin d’entrer plus facilement dans une de transe plus profonde.
Alors ensuite seulement, mes yeux peuvent se plonger dans cet ilot incognito qui résonne si bien avec ce que j’ai pu apprendre durant mes études sur les neurosciences…et me voici parti dans la lecture.

Le deuxième palier de la transe est l’éditorial de Thierry Servillat, simplement pour me plonger un peu plus rapidement dans l’esprit de la revue que je découvre aujourd’hui.

Et à cette lecture de ce numéro 30 qui nous intéresse à présent, je constate que Thierry Servillat invite au débat d’idées, suite à la conférence de Dominique Megglé lors du congrès de Strasbourg qui est présentée dans la revue.

Procédure assez inhabituelle de la part du Rédac Chef, et cela renforce ma curiosité vers cet article intitulé «Terra hypnosia ». Cela accentue peut-être aussi l’état de transe dans lequel mon esprit vagabonde et découvre de nouvelles perspectives…

Tout d’abord, le sujet développé porte sur l’utilité de l’hypnose profonde, Dominique Megglé emploie une tonalité très affirmée qui ne manque pas de « piquer » pour faire réagir.
Pour commencer, reprenons la définition de l’hypnose profonde : « c’est quand l’inconscient peut fonctionner librement, sans interférence de l’esprit conscient, toute sa créativité se déploie enfin, les ressources qui y sont stockées s’expriment librement, des intuitions surviennent agréablement et le changement se fait sans effort ».

Cela me semble être la base de ce que Milton Erickson a construit en développant cette hypnose nouvelle et thérapeutique. Au fur et à mesure de ma lecture, je perçois que le débat n’est pas sur l’efficacité des différentes profondeurs mais sur l’approche du thérapeute qui pratique l’hypnose ericksonienne. Certes, le professionnel est encouragé à avoir les meilleures connaissances sur l’hypnose, mais en pratique il doit l’utiliser naturellement, en l’intégrant dans son mode de relation. Et c’est là pour moi le centre du débat, l’alliance thérapeutique, une communication profondément humaine, que le thérapeute met en place en phase avec le patient à des fins thérapeutiques.
Dominique Megglé souligne à la relecture des publications de Milton Erickson que l’hypnose profonde requiert « une coopération totale du sujet, ce qui implique une orientation totale du thérapeute sur celui-ci, dont les besoins sont purement individuels ».
Comme le rajoute Dominique Megglé « le thérapeute explore la personnalité inconsciente du sujet qui est différente de sa personnalité consciente et aussi unique que ses empreintes digitales, parce que chacun a sa propre hiérarchie de réponses hypnotique».
Megglé s’est replongé dans la lecture des écrits d’Erickson, retrouver ses cartes comme il l’évoque dans l’article, pour cheminer vers ce qui est pour lui l’utilité incontestable de la transe profonde en prenant le risque de réfuter toute transe moyenne ou légère. Néanmoins, il prend soin d’illustrer ses propos par des expériences personnelles qui fondent la qualité de ses propos. C’est après un séminaire à Saint Etienne en 2005 que je le surprends évoquer qu’une transe légère l’a conduit à une intuition « lumineuse, simple et pacifiante » qui fixera la base de sa pratique et de nos pratiques. Cette intuition : « Tu te mets entièrement au service de ceux que tu vas rencontrer demain, tu n’existe plus, il n’y a qu’eux qui comptent ; reconnais leurs besoins le plus complètement possible. Oublie-toi, oublie tout le reste, absorbe-toi en eux ».

Et ce point Milton Erickson l’exprime parfaitement quand il écrit dans son article en 1952 « il faut toujours sous évaluer le rôle de l’opérateur et mettre au premier plan celui du sujet ; c’est lui qui fait tout ; nous fournissons l’ambiance propice pour que les processus internes puissent se développer favorablement ». Comme rajoutait Milton Erickson « peser de tout son poids pour obtenir un changement spontané du client ».

Je me rallie à Megglé dans le fait qu’un état de transe profonde est le moyen de transport incontestable pour conquérir la Terra hypnosia et ses îles, Créativité, Intuition, Ressources et Changements. En même temps, mes observations sur l’hypnose basées sur mon expérience clinique me conduisent à compléter les propos de ce dernier en n’excluant pas que quelque soit la profondeur de la transe, il en ressort un intérêt pour soi ou le patient, c’est d’ailleurs dans un état de transe légère que lui-même chemine vers ce qui compte le plus dans la relation thérapeutique...

Alors, pour conclure, en s’appuyant sur une éthique personnelle et professionnelle , nous ne pouvons nous détourner des règles générales de communications et c’est la créativité du thérapeute au contact de l’individualité du patient qui conduit à la profondeur de l’hypnose dont a besoin le patient dans l’ici et le maintenant et ainsi tous les niveaux de profondeurs peuvent être abordés. En effet, le patient obtiendra un profit thérapeutique en utilisant son esprit de manière constructive et positive en alimentant ses pensées d’images propres par exemple à rehausser son estime personnelle en s’administrant des suggestions bénéfiques…
Alors oui, certainement nous autres thérapeutes, pouvons-nous aussi partager avec Dominique Megglé le point de vue qu’il est vital de se nourrir régulièrement des lectures de Milton Erickson pour bien grandir…



Laurence ADJADJ BORLA
Cabinet d’Hypnose et Thérapies Brèves. Marseille.


Nouveau commentaire :

Congrès | Formations Hypnose | Revue HYPNOSE & Thérapies Brèves | Revue Sexualités Humaines | Livres | Video - Films | A Vos Plumes | Formations Thérapies Brèves | Revue de Presse Hypnose | Region


Paris

Dans le forum

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31





Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille
Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Lille, Rennes, Reims, Le Havre, Saint-Etienne, Toulon, Grenoble, Angers, Dijon, Brest, Nîmes, Le Mans, Aix-en-Provence, Clermont-Ferrand, Tours, Limoges, Villeurbanne, Amiens, Metz, Besançon, Perpignan, Orléans, Mulhouse, Caen, Boulogne-Billancourt, Rouen, Nancy, Avignon, Cannes

Rédacteur en Chef: Laurent Gross

Informations relatives au site hypnose-ericksonienne.org
Dernière Mise à Jour du site: 17 Janvier 2016