Hypnose Ericksonienne & Thérapies Brèves, EMDR, Instituts Milton Erickson, Formation en Hypnose à Paris, Marseille




Charte HONcode

Abonnez-Vous...

Abonnez-Vous...
A la revue HYPNOSE & Thérapies Brèves
Cliquez ici






Livres Hypnose Ericksonienne

Livres Hypnose Ericksonienne
Acheter en ligne des livres d' hypnose ericksonienne et thérapie brève


livres hypnose ericksonienne







par Laurence ADJADJ

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute, Psychologue à Marseille. Présidente de Hypnotim, Centre de Formation en Hypnose et Thérapies Brèves

- Hypnothérapeute - Psychologue - Présidente de HYPNOTIM, Institut de Formation en Hypnose et...

par Laurence ADJADJ

Interventions Chirurgicales et Anxiété. 2 interventions au Congrès Hypnose et Douleur 2016

De St Malo à Marseille... De l'utilisation de séances d'hypnoses collectives pour diminuer...

par Laurence ADJADJ

Prévention du burn-out chez les professionnels de santé. Drs Claude VIROT, Kenton KAISER

Formée en Hypnose Ericksonienne et Thérapeutique auprès du Dr Claude Virot à l'Institut Emergences...

par Laurence ADJADJ

Syndrome de l'Intestin Irritable. 2 interventions majeures au Congrès Hypnose et Douleur 2016

Le Syndrome de l'Intestin Irritable SII (anciennement appelé Syndrome du Colon Irritable), est une...

par Laurence ADJADJ

Un atelier avec le Dr Jean-Michel HERIN, anesthésiste, hypnothérapeute, acupuncteur au Congrès Hypnose et Douleur 2016

A l'occasion du dernier Congrès Hypnose et Douleur de St Malo, j'ai pu assister, bien qu'étant...



Commencement et partage. Dr Patrick Bellet

28 août 2015, Paris. La flûte d’Isabelle Courroy accompagne cette histoire dans laquelle les légendes et les songes s’entrecroisent. Une improvisation musicale dont le souffle rythme les départs, les commencements, leurs obstacles et leurs dépassements. Aujourd’hui, la femme-lézard de Jean Paul Forest nage en notre compagnie, glissant son corps hybride de la pénombre de la jungle jusqu’à d’autres sillons plus organiques. Temps suspendu en hypnogenèse...



L'imagination propédeutique

Commencement et partage. Dr Patrick Bellet
Tout cela avait commencé de façon inattendue. C’était au printemps. Je descendais la rue Coq-Héron à Paris, l’esprit imprégné de la musique de Mozart jouée à l’harmonica de verre par Mesmer. Le facteur déclenchant a été ce livre, exemplaire déposé il y a bien longtemps et oublié sur les étagères de cette librairie au n°11 quai Saint-Michel. Je me souviens très bien de cette boutique aux étagères remplies de livres jusqu’au plafond, piles à la stabilité incertaine où se côtoyaient toutes sortes de littératures étranges et mystérieuses. Seuls y entraient les amateurs de curiosités.
Je me souviens très bien de ce jour-là, où à ma question simple : « Avez-vous des ouvrages anciens sur le magnétisme animal et l’hypnose ? », le libraire me répondit comme s’il m’attendait : « Oui, je vous les apporte tout de suite ! » Lorsqu’il revint avec un cageot rempli de livres, je compris que j’étais au bon endroit. Magnifiques documents et raretés éditoriales. Une véritable caverne aux trésors. Lorsque j’eus épuisé deux paniers complets et demandé s’il en restait encore, le libraire me fit re-marquer que le temps avait passé. Qu’il devait fermer. Mais que oui, il en restait beaucoup. « Demain, alors ?Dimanche ? » « D’accord, demain à 9 heures la librairie sera ouverte pour vous. »

Le lendemain, c’est dans l’arrière-boutique d’une autre époque que le libraire m’accueillit avec une cuvette et deux serviettes. « Vous en aurez besoin », me dit-il mystérieusement. Deux grandes tables remplies d’ouvrages tous plus anciens et rares les uns que les autres, descendus de leurs étagères poussiéreuses m’attendaient. Parmi eux, deux déclarations, deux manifestes accolés par l’histoire. Le rapport des commissaires du roi sur le magnétisme animal et la réponse à celui-ci par d’Eslon. Les commissaires, au nombre desquels figuraient des savants tels que Lavoisier, Jussieu etBenjamin Franklin, étaient mandatés pour examiner l’existence ou non du fluide magnétique découvert par Mesmer et présenté par d’Eslon.

C’est là qu’une expérience étonnante se produisit, une expérience de lecteur. Parmi tous les témoignages de l’histoire, à portée de main, c’est probablement l’exemplaire de la réponse de d’Eslon qui m’a impressionné le plus. Un exemplaire non rogné, qui n’a jamais été lu. Intact depuis sa sortie de l’imprimerie. Mais là n’est pas le principal. C’est le feuillet qui s’en échappât. Plutôt un brouillon de lettre. L’écriture à l’encre violette était fine, nerveuse. Elle portait l’en-tête de Charles Nico-las d’Eslon, docteur-régent, professeur à la Faculté de Médecine de Paris ! Une lettre de déception en réponse à la parution, le 12 mars 1784, du rapport des commissaires du roi, qui en restèrent à leur première conclusion : l’inexistence du magnétisme animal. Condamnant pour longtemps l’étude de ces phénomènes en occultant les conséquences de leur deuxième observation : le rôle de l’imagination dans le soulagement des patients. Seul d’Eslon osera avant longtemps déclarer : « Qu’attendons-nous alors pour faire une médecine d’imagination. » Cette audace sera fatale à sa carrière. Dans le calme et la pénombre de la Bibliothèque nationale, me revinrent d’autres lectures, croisées, tissées. Celles des frères Puységur voyant dans le magnétisme l’abolition de l’esclavage, l’abbé de Faria pour la force de la parole, Braid l’émancipateur, Charcot le libérateur, Liébeault le visionnaire, Durand de Gros l’architecte méconnu, et tant d’autres encore avant Erickson. Mon esprit ri-cochait d’un livre à l’autre. Sous l’effet de la fatigue, les chapitres se confondaient et ma compréhension se diluait en un mélange étrange, un flux mental conduisant au-delà du temps. Comme si l’imagination trouvait une entrée de secours.

Nos maîtres ont rêvé l’humain à travers une parole sensible, intelligente et bienveillante. Quel langage plus universel ? Quel langage plus indispensable, plus protecteur que la voix en dehors même de toute compréhension intellectuelle ? Et si notre imagination avait un corps ? Un corps sensible, fragile et vulnérable. Un corps blessé, paralysé voire amputé parfois. Et si, alors, l’hypnose en était le traitement privilégié... Faire de la médecine d’imagination, peut-être... Mais soigner l’imagination... Comme si l’imagination, elle-même, pouvait souffrir... Comme n’importe quelle partie de notre corps...Mon esprit, dans ce souffle, tourbillonne. L’imagination serait-elle une variété d’hypnose, comme une plante qui se différencie d’une autre par quelques caractères seulement ?
Mon imagination voyage, aussi légère qu’une gouttelette de pollen... Des évidences apparaissent. Prendre soin de la partie la plus présente en nous : l’eau ! Fluide animal s’il en fut... Souple, légère, invisible ou cristalline telle un pétillement d’imagination. La mer, les rivières, les nuées, la glace, les flocons de neige ne seraient, alors, que des nuances aquatiques de nous-même et surtout qui coexistent ? Une façon d’étendre notre conscience au-delà de ses limites visibles. Une transparence approfondie... Faire corps avec ses propriétés : désaltérer l’esprit assoiffé, irriguer les vaisseaux à la lumière asséchée et rafraîchir le corps harrassé. Et si nous avions encore, quelque part, une source, une source vive. Disponible. Songe, songe...

Une histoire, soudain, me revint. Dans la montagne, une rivière bouillonnante et insouciante suivant son cours depuis sa source, fut soudainement arrêtée par un désert. Ayant franchi tous les autres obstacles, la rivière était persuadée qu’il lui serait facile de traverser le sable ; mais ses eaux dispa-raissaient de plus en plus vite dans le sable fin. Quelle malédiction l’avait conduite à s’enliser au fond de ces dunes, impasse de ses ambitions ? Où aller désormais, et comment franchir ces horizons calcinés qui semblaient infinis ? Elle l’ignorait et se désespérait. «Mon destin est de traverser ce désert, mais par quel moyen ? »Son courage s’épuisait. C’est alors qu’une voix venue des sables, portée par le vent comme un souffle, lui murmura dans un langage mystérieux :«Le vent traverse le désert...et tu le peux aussi...» « Mais chaque fois que j’essaye, le Sable m’engloutit, et même si je devais me ruer contre le désert, je n’irai pas bien loin ! » La voix continua :«Te jeter sur le sable t’asséchera. Tu disparaîtras situ ne laisses pas le vent t’emmener avec lui. » « M’emmener avec lui ?, pensa la rivière. Comment le vent peut-il m’emmener ?»La voix du sable insista :« Essayer de voler par toi-même est absurde. Laisse le Vent te porter au-dessus du Sable. C’est son rôle et il y excelle. » « Comment est-ce possible ? », demanda la rivière incrédule. « Fais donc confiance aux brises, aux grands souffles qui vont,dit encore la voix. Laisse-toi absorber par le vent et transporter au loin. »« Faire confiance à l’air hasardeux, impalpable ? Perdre son individualité ? Impossible ! Je ne peux me résoudre à cela. J’ai toujours dévalé les pentes, sauté de cascades en torrents jusqu’aux vagues de l’océan. C’est ma vie et il m’est inconcevable de ne plus suivre cette route vers des horizons sans cesse renouvelés.»Alors, la voix lui dit dans un murmure : « La vie est faite de métamorphoses. Le vent t‘emportera au-delà du désert, et te déposera en fines gouttelettes de pluie. Tu redeviendras rivière.C’est le cycle. Si tu ne le fais pas, tu sera abandonnée ici et tu disparaîtras dans le sable en un marais boueux. » « Mais si je t’écoute, je ne sais pas ce qui peut m’arriver. Comment te croire ? Serai-je encore la même rivière que je suis maintenant ? » « Dans tous les cas, tu ne peux rester la rivière que tues aujourd’hui. Tu n’as pas le choix ! Il semble seulement que tu l’aies. Il s’agit de ta nature essentielle. Si tu la connaissais, tu sauterais joyeusement dans les bras du vent, répondit la voix. La rivière que tues n’est qu’un corps éphémère. Ton être impérissable fut déjà maintes fois emporté par le vent, vécut dans les nuages et retrouva la Terre pour à nouveau courir, ruisseler et gambader. Il se peut que les hommes te donnent un autre nom. Mais toi, essentiellement, tu sauras que tu es la même. Aujourd’hui tu te donnes le nom
de telle ou telle rivière simplement parce que tu ignores quelle partie de cette rivière est ton essence. » La rivière resta silencieuse. Et un souvenir lui vint, semblable à un parfum subtil et léger. La sensation d’avoir été portée délicatement dans les bras du vent. «Ce n’est peut-être qu’un rêve»,pensa-t-elle. Mais son cœur lui dit :«Et si ce rêve était ton seul chemin de vie, désormais ? »




De l'inattendu à l'évidence.Dr Patrick Bellet
Il y a un peu plus de dix ans commençait l’aventure « Hypnose & Thérapies Brèves ». En voici quelques éléments. C’est Jean-Pierre Joly avec Daniel Renson qui en avaient posé les prémices éditoriales. Malheureusement, Jean-Pierre est décédé brutalement en janvier 2006 avant le premier numéro. Ton idée était bonne, votre idée était opportune. Dix ans plus tard, notre revue est devenue la plus importante d’Europe, la plus libre et originale du monde entier dans son domaine, comme me le confiait récemment Thierry Servillat qui m’a succédé en 2012 avec talent, élégance et intelligence.

Commencement et partage. Dr Patrick Bellet
28 août 2015, Paris. La flûte d’Isabelle Courroy accompagne cette histoire dans laquelle les légendes et les songes s’entrecroisent. Une improvisation musicale dont le souffle rythme les départs, les commencements, leurs obstacles et leurs dépassements. Aujourd’hui, la femme-lézard de Jean Paul Forest nage en notre compagnie, glissant son corps hybride de la pénombre de la jungle jusqu’à d’autres sillons plus organiques. Temps suspendu en hypnogenèse...

Migrations en âge. Dr Dominique Megglé
Le Docteur Patrick Martin, rhumatologue de 52 ans, est en train de jouer aux billes avec ses petits copains dans la cour de récréation ; ils jouent à la tic et c’est agité : un garçon de sa classe tente de lui piquer les siennes et il se défend ; comme je suis le surveillant, il me montre discrètement son sac à trésor : elles sont toutes là, les normales, les calots, les agathes, les araignées, les porcelaines, les schroumpfs et les autres ; soudain, un sourire vengeur apparaît sur son visage : il vient de gagner un autre calot.

Psychothérapie ericksonienne basée sur la Sagesse Universelle. Dr Teresa Robles
Teresa Robles vient nous parler de son cœur et de ses racines, complexes. De ce qu’elle a appris au contact de l’humanité où elle a grandi. Le Mexique : terre du maïs, l’une des espèces les plus nourricières, peut-être le symbole d’une fécondité universelle. Qu’est-ce que la Sagesse Universelle et comment elle est apparue, c’est en relation avec ce que je suis, c’est une longue histoire.

L'Hypnose dans l'univers d'Amélie Poulain. Dr Olivier Deslangles
Quelques secrets dévoilés sur un fabuleux destin. Olivier Deslangles revient du ciné. Il est sous le charme. Amélie la malicieuse a su lui faire croire que les nains de jardin avaient un passeport. Elle est très forte en hypnose, Amélie. Au moins trois médecins, dont deux qui connaissent la technique, ont été subjugués. Voici ses secrets.

Des ressources sur toute la Ligne du Temps. Jane Turner
Comment la Ligne du Temps peut-elle servir dans un travail thérapeutique, y compris pour consolider les acquis du travail de changement et enrichir les ressources ? Voilà ce que je me propose de traiter dans cet article. Comment la Ligne du Temps, modèle spécifique de transe et de transformation, permet aussi bien de trouver des remèdes aux problèmes posés qu’à rechercher, développer et consolider des ressources. Une technique particulière, « Le Générateur de Ressources », est présentée sous forme de protocole, suivie d’une proposition d’auto-application.

Ruines et palimpsestes. Joëlle Mignot
Ou comment utiliser les strates du temps en hypnothérapie ?Vous proposer une balade ?... Car se promener dans des ruines, c’est d’abord s’imprégner d’une ambiance très particulière où l’esprit est happé par les lieux d’un calme étrange où la pierre est singulièrement reine, lumineuse souvent... Chacun de vous a des souvenirs qui sans doute affluent, qui à Rome, qui à Athènes, qui encore à Vaison-la-Romaine, qui à Carthage ou à Pompéi...Les ruines rendent la marche hésitante d’où la nécessité d’être bien chaussés.

L’arrivée de l’hypnose dans un service médical d’urgence. Dr Didier Brodsky
L’urgence se définit par le temps disponible à l’accomplissement d’un acte, un service médical d’urgence devrait donc être le lieu de la meilleure utilisation du temps. L’hypnose, par contre, n’a pas de lien fixe avec cette quatrième dimension puisqu’elle va faire varier son unité de mesure en fonction des circonstances. Comment donc associer ces deux entités – l’urgence médicale et l’hypnose – alors que l’efficacité immédiate, encore plus que l’efficience, est devenue le point d’orgue de toute organisation sanitaire ? 

L'Hypnose droit au coeur. Christine Favier
Au Centre Hospitalier Annecy-Genevois, la chirurgie cardiaque s’est développée rapidement, répondant à une demande croissante liée au développement de la région. En 2015, nous aurons réalisé 500 interventions sous CEC (circulation extra-corporelle) et à ce jour une centaine de TAVI (Transcatheter Aortic Valve Implantation). Lorsque la valve aortique est rétrécie, cela entraîne une surcharge du travail myocardique et une baisse du débit cardiaque. Le traitement de référence est le remplacement valvulaire aortique chirurgical.

« Injecter du temps au temps » Dr Stefano Colombo
La modestie suggère de s’arrêter au constat de saint Augustin (354-430) : « Qu’est-ce donc le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais ; mais si on me le demande et que je veuille l’expliquer, je ne le sais plus. » Aristote (384-322) se posait la question si le temps est un produit de notre conscience ou s’il existe en dehors d’elle. Le changement d’aspect et de la position des astres indique un déplacement dans l’espace, un mouvement. Ce dernier nécessite de l’action du temps. Et voilà temps et espace déjà liés.

Destination Kaïros: l’éternité n’est pas de trop. Dr Régis Dumas
Un peu de temps à l’état pur…Tant qu’il n’y a pas de cela, il n’y a rien…« Le but de l’homme moderne sur cette terre est à l’évidence de s’agiter sans réfléchir, dans tous les sens, afin de pouvoir dire fièrement, à l’heure de sa mort : je n’ai pas perdu mon temps. »  Pierre Desproges. Je me rappelle encore la réflexion d’un de mes amis qui me disait à Dakar, affolé de notre course au temps : « Vous les Européens, vous avez la montre, nous les Africains, nous avons le temps. »

Entre les lignes. Aurélia Ballou
Aurélia Ballou, artiste discrète et talentueuse, accompagne l’hypnose depuis les débuts de la CFHTB. L’exposition « L’hypnose dans tous ses états », lors du 2e Forum à Vaison-la-Romaine en 2000, lui donna l’occasion d’exprimer la subtilité paradoxale de la cérémonie du thé. La précision délicate, éphémère du geste, dont la sédimentation froissée des sachets garde la chorégraphie. Origami de senteurs mêlées, rappel de ses origines asiatiques.

« La plage du temps » Dr Stefano Colombo
La vague hésite, timide, elle effleure la surface, elle s’éclipse. Le sable doute entre les courbes convexes et les concaves. La brise, légère, s’insinue entre les grains, elle s’assoupit. Les paupières changent de transparence, elles se figent. Le ciel se colore d’un azur brillant,
il s’épaissit. Le corps épouse l’arène, s’endort, il s’oublie. Les palmiers gesticulent dans un vent imaginaire, ils bourdonnent. Le rocher domine impérial, imbibé d’illusions, il se tétanise. Les couleurs se frayent un chemin entre les gouttes dispersées, elles se querellent. Les crevettes, indécises, s’enquièrent du fond marin, elles s’y abandonnent. Les poissons se faufilent entre les perles aquatiques, ils s’enflamment.

"Docteur, j’ai quelque chose...". Sophie Cohen
« Docteur, j’ai quelque chose à vous dire ; en plus de quinze ans je n’ai jamais osé, mais... » Il y a peu, une personne me raconte cette pépite d’histoire. Alors, voici un accompagnement possible… Vous souvenez-vous du temps des étiquettes sur les manteaux ? Que de fois ai-je vu ma mère assise près de la fenêtre au salon, attelée à son ouvrage, elle cousait, raccommodait, brodait patiemment. Combien de fois ai-je vu ma mère qui coud ces petites étiquettes. Je la vois, maintenant, avec la patience inégalable de l’amour, avec le temps qu’il fait, pluvieux, beau ou neigeux, elle se pose près de la fenêtre.

Le baquet moral existe. A Rouen ! Dr Patrick Bellet
Aujourd’hui, « Références » s’ouvre sur une redécouverte du passé, l’existence d’un deuxième baquet de Mesmer, et peut-être, plus important encore, la « preuve indirecte » de son fameux secret. 2015 a été l’année des IXe Forum de la CFHTB et XXe Congrès mondial d’Hypnose à Paris, c’était aussi le bicentenaire de la mort de Franz Anton Mesmer à Meersburg, près du lac de Constance. Pour commémorer cet événement, nous avions envisagé de présenter le baquet de Mesmer à Paris.

Contes de temps sans mesure. Christine Guilloux
Un thème donné, une orientation vers le futur, le numéro 41 d’« Hypnose et Thérapies brèves » est à venir au joli mois de mai. Un thème donné, la temporalité. Une marque à poser sur le chemin pour célébrer dix ans d’existence. Aux confins du futur et du passé, un exercice de style pour tordre le cou aux idées reçues comme aux accélérations du temps. Quelles idées reçues ? Quelles accélérations du temps ? Voyager plus vite que la lumière, à la « warp speed » comme dans Star Trek et démontrer qu’Einstein avait tort quant aux limites de l’espace-temps ? 

Le temps de la douleur chronique. Pr André Muller
Itinéraire sensible d’un expert. C’est égoïstement que j’aimerais faire part de mon expérience. Médecin anesthésiste-réanimateur, agrégé de thérapeutique, algologue, je m’occupe de patients douloureux chroniques depuis près de quarante ans. Bien au fait des différences qui existent entre une douleur aiguë et une douleur chronique, j’ai toujours pris le temps d’expliquer à mes patients ces différences, insistant sur le fait que ce n’est qu’exceptionnellement que l’on peut « réduire à zéro » une douleur chronique, et qu’au mieux on peut espérer, grâce à une prise en charge pluriprofessionnelle, une amélioration suffisante pour rendre le quotidien vivable.

Rédigé le 12/07/2016 modifié le 12/07/2016


Lu 670 fois



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5 » ... 13

Congrès | Formations Hypnose | Revue HYPNOSE & Thérapies Brèves | Revue Sexualités Humaines | Livres | Video - Films | A Vos Plumes | Formations Thérapies Brèves | Revue de Presse Hypnose | Region


Paris


Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille



Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy
Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Lille, Rennes, Reims, Le Havre, Saint-Etienne, Toulon, Grenoble, Angers, Dijon, Brest, Nîmes, Le Mans, Aix-en-Provence, Clermont-Ferrand, Tours, Limoges, Villeurbanne, Amiens, Metz, Besançon, Perpignan, Orléans, Mulhouse, Caen, Boulogne-Billancourt, Rouen, Nancy, Avignon, Cannes

Rédacteur en Chef: Laurent Gross

Informations relatives au site hypnose-ericksonienne.org
Dernière Mise à Jour du site: 12 Septembre 2017