Hypnose Ericksonienne & Thérapies Brèves, EMDR, Instituts Milton Erickson, Formation en Hypnose à Paris, Marseille




Charte HONcode

Abonnez-Vous...

Abonnez-Vous...
A la revue HYPNOSE & Thérapies Brèves
Cliquez ici






Livres Hypnose Ericksonienne

Livres Hypnose Ericksonienne
Acheter en ligne des livres d' hypnose ericksonienne et thérapie brève


livres hypnose ericksonienne







par Laurence ADJADJ

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute à Marseille. Présidente de Hypnotim, Centre de Formation en Hypnose et Thérapies Brèves

- Hypnothérapeute - Présidente de HYPNOTIM, Institut de Formation en Hypnose et Thérapies...

par Laurence ADJADJ

Interventions Chirurgicales et Anxiété. 2 interventions au Congrès Hypnose et Douleur 2016

De St Malo à Marseille... De l'utilisation de séances d'hypnoses collectives pour diminuer...

par Laurence ADJADJ

Prévention du burn-out chez les professionnels de santé. Drs Claude VIROT, Kenton KAISER

Formée en Hypnose Ericksonienne et Thérapeutique auprès du Dr Claude Virot à l'Institut Emergences...

par Laurence ADJADJ

Syndrome de l'Intestin Irritable. 2 interventions majeures au Congrès Hypnose et Douleur 2016

Le Syndrome de l'Intestin Irritable SII (anciennement appelé Syndrome du Colon Irritable), est une...

par Laurence ADJADJ

Un atelier avec le Dr Jean-Michel HERIN, anesthésiste, hypnothérapeute, acupuncteur au Congrès Hypnose et Douleur 2016

A l'occasion du dernier Congrès Hypnose et Douleur de St Malo, j'ai pu assister, bien qu'étant...



Souffrances hystériques : des solutions à foison. Dr Dominique Megglé

Psychiatre expérimenté et pionnier de l’hypnose française, Dominique Megglé se devait de s’intéresser aux patients qu’on appelait autrefois les «hystériques ». Et si ce mot pouvait avoir encore un sens utile, générateur de solutions thérapeutiques ?



Souffrances hystériques : des solutions à foison. Dr Dominique Megglé
« Hystérie » vient du grec ustera (utérus), parce que les Anciens pensaient que ses symptômes multiformes venaient de ce que l’utérus était affolé, sa baladait dans le corps et s’y cognait ici et là à la recherche d’une porte de sortie. Elle est la vieille ennemie du médecin et une énorme question qui traverse l’humanité à toutes les époques et sous toutes les latitudes. Elle est responsable de tonnes de littérature romanesque, théâtrale, philosophique, psychologique et scientifique.

Elle est responsable aussi de la naissance de la psychiatrie en France en 1968 par divorce de celle-ci de la neurologie : à la première, les symptômes psychogènes, sans base organique, dits « hystériques » ; à la seconde, les « vraies » maladies du cerveau. Elle a même fini par être expulsée des classifications modernes de la psychiatrie (DSM) depuis les années 1980 parce qu’inclassable pour des esprits rationnels formés aux tableurs informatiques et cependant toujours là, gênante. Plus on veut la nier, plus elle réapparaît ; à chaque fois qu’on veut lui couper la tête, celle-ci repousse ou d’autres têtes apparaissent.

C’est Freud, à la fin du XIXe siècle, qui a commencé à comprendre, enfin, quelque chose à l’hystérie. Il nous en a laissé d’admirables études. Cent ans plus tard ou à peu près, Lucien Israël, psychanalyste lacanien strasbourgeois, a complété ses travaux dans son extraordinaire livre L’hystérique, le sexe et le médecin.

LE COMBAT DE L’HYSTÉRIQUE

L’hystérie est une souffrance de l’affectivité. La patiente se sent tellement creuse qu’elle ne parvient à se sentir exister que dans le désir de l’Autre. Ce désir doit donc toujours rester allumé, et le plaisir de la consommation évité car il est la mort du désir : il l’éteint puisqu’il le conclut. Toutes les manœuvres sont bonnes pour maintenir éveillé l’intérêt de l’Autre, intérêt sexuel mais pas seulement. Il s’agit surtout de poser une passionnante énigme indéchiffrable à l’Autre pour qu’il soit attrapé dans ses filets. L’hystérique jouera ensuite de son prisonnier suivant ses caprices, et plus elle
en jouera, plus elle se sentira vivante.

L’hystérie est une réaction du faible au fort : la femme vide qui se croit inintéressante, s’est souvent choisi un mari qui prend toute la place, comme un père idéalisé ainsi rassurant. Elle est momentanément tranquillisée. Rapidement, elle le trouve autoritaire, sourd à ses demandes d’échanges, et se sent tellement opprimée qu’elle pense n’avoir aucune voix au chapitre. C’est le cas, mais c’est ce qu’elle voulait. Au début, mais plus maintenant. De jour en jour, elle se croit encore plus creuse. Alors, un jour, elle décide de passer sur un autre mode de communication pour qu’enfin lui et le monde entier s’intéressent à elle et tenir sa revanche contre tous. C’est le mode hystérique. Il est très efficace, mais très dangereux.

Notre hystérique apparaît, dans son combat, comme la Petite Chèvre de Monsieur Seguin. Elle va se battre contre le loup jusqu’au point du jour et finir par se faire dévorer par lui. Certaines ont la sagesse de s’arrêter en cours dans cette lutte inégale parce qu’elles finissent par constater qu’elles ne sont pas si vides qu’elles le croyaient, qu’elles sont intéressantes parce que simplement réelles, et trouvent intéressant leurs relations à des degrés divers qui varient beaucoup suivant les uns et les autres. Elles sont guéries. Avec les expériences de la vie, beaucoup d’hystériques guérissent. La thérapie peut aussi les y aider.

Comment combat l’hystérique ? Elle pose des énigmes, des symptômes somatiques, psychiques et comportementaux spectaculaires ou sourdement inquiétants, dramatiques et intrigants. L’entourage et les médecins, aux quatre cents coups, ne peuvent pas ne pas tenter de les résoudre, et ce faisant, s’y cassent les dents de plus en plus et y comprennent de moins en moins. A la fin, elle sera la perdante. Elle sera taxée de folle par les médecins et les mâles dominants de son entourage, lassés et exaspérés. S’ensuit une escalade. Pour réveiller cet intérêt perdu pour elle, elle produira encore plus de symptômes, ce qui confirmera aux proches qu’elle est vraiment folle. Et elle se retrouvera à l’asile. Mais le pire qui pourrait lui arriver n’est pas là. Le pire serait qu’en cours de route, ses proches se désintéressassent complètement et durablement de ses provocations. Elle aura beau alors agiter ses petites jambes, c’est dans le vide, cela ne marche plus. Elle ne compte plus, elle est devenue inexistante. Elle n’a plus rien à quoi se raccrocher. Elle est brutalement renvoyée à sa sensation de vide intérieur. Cette confrontation la plonge dans une dépression très sévère, une des plus graves de toute la pathologie mentale, souvent plus grave que la mélancolie des bipolaires parce que bien moins accessible thérapeutiquement. Et elle se tue, comme Madame Bovary. D’ailleurs, un certain nombre de sujets diagnostiqués comme des mélancoliques résistants au traitement sont des hystériques qui dépriment.

UNE UTILISATION PATHOLOGIQUE DE L’HYPNOSE

Et quelles sont ces énigmes, ces symptômes que l’hystérique pose, qui sollicitent si rudement l’entourage et les médecins ? Diversement, éventuellement tour à tour, elle perd connaissance à répétition, devient soudainement confuse, comateuse, aveugle, sourde, amnésique, ou paralysée.
Les examens cliniques et paracliniques ne trouvent aucune lésion d’organe, malgré les plus grands approfondissements. Pourtant, les symptômes, massifs et inquiétants, sont là. Et il ne s’agit pas de simulations volontaires : il est patent qu’elle ne fait pas semblant. Ce n’est pas de l’artifice, du mensonge, du trucage. Le mystère s’épaissit d’autant. Qu’est-ce que c’est ? Tout le monde est en échec pour répondre à la question et reste en haleine. Tout le monde en échec, sauf l’hypnotiste.

En hypnose, chez des sujets normaux, il est facile de produire tous ces symptômes comme de les supprimer. Ce sont des phénomènes hypnotiques naturels et banals. Chez l’hystérique, ce qui n’est pas banal, c’est d’en produire spontanément autant, à profusion. Véritablement, elle se « shoote » à l’hypnose. En fait, elle utilise ces phénomènes normaux à des fins affectives déréglées, pour rester dans le désir de l’Autre, pour maintenir l’intérêt de celui-ci éveillé pour elle et ainsi se sentir existante, une fois qu’elle a constaté que c’était pour lui une énigme. Alors, elle devient une frénétique des manifestations hypnotiques qu’elle donne à voir à foison. C’est ce but, commandé par sa misère affective, qu’elle vise qui est pathologique, pas l’hypnose elle-même. Là réside l’hystérie, pathologie affective qui se sert maladivement de l’hypnose normale.


Souffrances hystériques : des solutions à foison. Dr Dominique Megglé
JE SUIS…Edito du Dr Thierry Servillat
1 janvier 2015. Devant mon écran, en entendant les sons de la télévision retransmettant la marche parisienne, j’essaie d’écrire un éditorial. La marche de Charlie continue. Loin et pas loin de Nantes où j’habite. Comment me projeter vers la période de parution de la revue, dans quatre semaines ? Je ne sais déjà pas comment va se finir la journée !

Sous l'outil, l'humain. Dr Irène Bouaziz
Se retenir ou pas. Prononcé dans une posture d’humilité, ce texte magistral d’Irène Bouaziz a illustré au mieux, lors du récent colloque de lancement de l’Institut Milton Erickson d’Ile de France, comment la maturation de l’hypnothérapie passe maintenant par une étape d’approfondissement éthique.

Implacables acouphènes : l'apport de l'Hypnose. Daniel Quin
Plaintes croissantes en médecine générale, et en apparence bénignes, les acouphènes peuvent avoir des conséquences graves en terme de souffrance psychique. Daniel Quin nous expose sa manière de travailler dans ce domaine.De plus en plus de patients souffrant d’acouphènes se tournent vers les psychothérapeutes, et en particulier vers les praticiens de l’hypnose.

Au service des entraîneurs. Pour guider et accompagner. Guy Missoum
De nombreux outils dérivés de l’hypnose existent pour aider les entraîneurs et les coachs sportifs. Fin connaisseur, Guy Missoum les présente d’une manière systématisée qui facilite leur mise en oeuvre. Milton Erickson se positionnait volontiers comme supporter de ses patients !

Détours de transe : l'apport d'Henri Wallon. Renato Saiu
Il n’est pas sûr qu’Erickson ait lu Henri Wallon, et encore moins qu’il ait entendu parler de la théorie du détour. C’est pour cela que la réflexion de jeunes auteurs comme Renato Saiu peut contribuer à enrichir aujourd’hui notre compréhension théorique des processus hypnotiques. L’utilisation de l’hypnose est ancienne. Pourtant sa définition reste floue.

Souffrances hystériques : des solutions à foison. Dr Dominique Megglé
Attentions à nos attentions. Dr Thierry Servillat
Yves Citton est professeur de littérature à l’Université de Grenoble. Son livre est pourtant transdisciplinaire, et porte sur un sujet qui nous intéresse tous : l’attention.
Nous n’avons pas toujours beaucoup appris lors de nos études sur un sujet pourtant capital. Ce n’est pas illogique car c’est surtout depuis une dizaine d’années que les connaissances à ce propos ont été abondamment renouvelées.

L’hypnose dans tous ses états. Antoine Bioy
Au chapitre de la validation des effets de l’hypnose, Tan et al. confirment chez des patients dorsalgiques l’intérêt de l’autohypnose (2 sessions d’apprentissage, un support audio d’entraînement chez soi). Ils dressent même une équivalence : 2 sessions d’autohypnose = 8 sessions d’hypnose. Les effets sont toujours présents à six mois. Attention cependant, en pratique clinique, que ce qui soit proposé au patient fasse l’objet d’une vraie réflexion sur les options thérapeutiques, car la clef de prises en soins restent évidemment dans cette adéquation.

Transes de soin à L'île de La Réunion. Jean-Claude Lavaud
A l’île de La Réunion, dans l’océan Indien, nous sommes culturellement ancrés par ce tissage structurel où la transe est un mode de communication thérapeutique. Dans la culture indo-tamoule réunionnaise certaines de ces transes sont ouvertement publiques, telle que La Marche Sur Le Feu, sacrifice de soi pour la guérison d’un autre. D’autres transes moins connues sont aussi singulièrement centrées sur la « guérison». Cet article constitue un tout petit aperçu de l’un de ses rites de soin.


Créer la bande-son de sa vie pour améliorer sa résilience. Dr Isabelle Stimec
Survivre à un traumatisme, de quelque nature qu’il soit, nécessite d’activer ses mécanismes de résilience interne. Parfois il n’est pas possible de dépasser ce traumatisme, soit par l’ampleur des dommages psychiques produits, soit par l’impossibilité d’activer ces mécanismes internes. Comment, en tant que thérapeute, pouvons-nous aider nos patients à réactiver leurs ressources et leur résilience interne ?

Humeur : Propos d’un Auvergnat. Régis Dumas
« Ce qui fait l’intérêt de l’Auvergne, c’est qu’elle est remplie d’Auvergnats », disait Alexandre Vialatte. « Auteur notoirement méconnu », comme il aimait à se qualifier. Cette Auvergne, un secret plutôt qu’une province, produit des fromages, des volcans et accessoirement des présidents de la République.» « La montagne nous donne des leçons de silence et l’horizon, au loin, des leçons d’éternité. » « L’immense espace dit la solennité, jamais l’emphase. »

Rédigé le 26/03/2015 modifié le 31/03/2015

Thierry SERVILLAT
Dr Thierry SERVILLAT, Psychiatre, Ancien Président de la Confédération Francophone d'Hypnose et... En savoir plus sur cet auteur

Lu 1101 fois



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5 » ... 13

Congrès | Formations Hypnose | Revue HYPNOSE & Thérapies Brèves | Revue Sexualités Humaines | Livres | Video - Films | A Vos Plumes | Formations Thérapies Brèves | Revue de Presse Hypnose | Region


Paris


Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille



Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille
Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Lille, Rennes, Reims, Le Havre, Saint-Etienne, Toulon, Grenoble, Angers, Dijon, Brest, Nîmes, Le Mans, Aix-en-Provence, Clermont-Ferrand, Tours, Limoges, Villeurbanne, Amiens, Metz, Besançon, Perpignan, Orléans, Mulhouse, Caen, Boulogne-Billancourt, Rouen, Nancy, Avignon, Cannes

Rédacteur en Chef: Laurent Gross

Informations relatives au site hypnose-ericksonienne.org
Dernière Mise à Jour du site: 12 Juin 2017