Cabinet Hypnose EMDR-IMO, Thérapie Brève Marseille

Laurence ADJADJ, Hypnose EMDR-IMO Thérapies Brèves Marseille

Formation et Consultations en Hypnose, EMDR-IMO et Thérapies Brèves à Marseille

Le Collège d'Hypnose & Thérapies Intégratives de Paris reçoit dans ses locaux Laurence Adjadj, praticienne en Hypnose Ericksonienne, EMDR-IMO et thérapies brèves à Marseille.


Hypnose, EMDR-IMO à Marseille : L'interview de Laurence Adjadj psychologue et hypnothérapeute
Laurent Gross : Qu'est-ce que l'EMDR, l'IMO t'ont apporté dans ta pratique quotidienne de psychologue et d'hypnothérapeute ?

Laurence Adjadj : Les patients arrivent avec leur propre histoire et parfois enregistrent des moments, des parts émotionnelles qui sont restées bloquées en elles. Parfois ce sont des traumatismes identifiés, parfois ils ne le sont pas. Dès lors il s'agit d'une accumulation de choses qui se sont produites dans leur vie ou des paroles pendant l'éducation. Et dans ces cas-là, l'EMDR-IMO m'a apporté une autre approche thérapeutique. Cela m'a permis d'aller directement soit sur ces événements, soit d'aller faire émerger des événements qui pouvaient être des non-événements mais qui pour la personne ont été identifiés comme traumatiques.
...

Laurent Gross : Parle-nous du cas clinique dont tu m'as fait part il y a quelques jours. Tu l'as vécu d'une certaine façon. Est-ce que tu peux nous dire de quoi il s'agit ?

Laurence Adjadj : C'est une personne qui m'avait appelé parce qu'elle devait avoir une intervention chirurgicale dans les prochains jours. Et de manière totalement affolée, elle m'appelle pour prendre rdv le plus vite possible. Je la reçois donc rapidement. Lors de la séance, elle m'explique toutes ses peurs en relation avec cette future intervention. Et je lui demande si par le passé, elle a déjà rencontré ce type de peurs. Et a effectivement déjà expérimenté un avortement qui a été très fortement chargé émotionnellement.

Revenir régulièrement à Rennes, est pour moi une évidence, afin de venir écouter, comprendre d'autres approches.
Aujourd'hui, une approche importante de la douleur par Sophie Cohen (Paris).


L’art de passer de «hypnose et douleur» à «hypnose et bien être» selon Sophie Cohen
Je reviens d’un séminaire proposé par l’institut Emergences sur la gestion de la douleur animé par Sophie Cohen qui est psychologue en libéral et qui intervient dans un centre de gestion de la douleur à Paris (Chatillon).

Son expérience et son vécu ont été un inestimable enrichissement pour chaque praticien travaillant sur la gestion de la douleur. Ce qui m’amène à évoquer ce sujet qui m’est cher dans ma pratique.

Tout d’abord, je vous invite à resituer un des champs d’application capital de l’hypnose ericksonienne: la gestion de la douleur.

En effet, aujourd’hui l’hypnose prend de plus en plus de place au sein de l’hôpital grâce à son action sur la douleur. Pour commencer, je vais décortiquer le mot douleur comme on décortiquerait une noisette de sa coquille.

La douleur au sens de l’IASP (International Association for the Study of Pain) consiste en « une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou décrite dans des termes évoquant une telle lésion.»

En effet, des études récentes prennent de plus en plus en considération l’interaction entre les deux composantes de la douleur : la sensation et l’émotion.

Sous le regard de l’hypnose, cette interaction est importante pour permettre de comprendre comment, sur un plan psychologique, peut se trouver modifiée l’expérience de la douleur selon ces deux aspects, et pouvoir, précisément construire « la fin » de la douleur lorsque cela est envisageable.

L’analgésie engendrée par l’hypnose s’expliquerait par l’action de la relaxation hypnotique et l’absorption mentale, ce qui entrainerait des modifications dans le débit sanguin cérébral au niveau du tronc cérébral, du thalamus, du gyrus cingulaire antérieur, ainsi que du cortex préfrontal droit, du cortex pariétal postérieur droit et des cortex occipitaux.

A présent, plus simplement, Sophie Cohen nous amène à aborder l’hypnose non sous l’angle de « l’hypnose et douleur » mais sous l’angle de « l’hypnose et bien être ». Un changement d’angle de vue qui ouvre une nouvelle perspective de soin du thérapeute envers son patient et ce dernier également se déplace pour avoir une nouvelle vision de…sa sensation. Effectivement, nous ne parlons plus de douleur…

Il s’agit alors, grâce à l’utilisation de l’hypnose, d’amener le patient à sortir de sa vision unidimensionnelle vis-à-vis de sa sensation et aussi de sa vie pour lui donner une nouvelle posture face à la vie. Sophie Cohen à travers des citations de philosophes comme André Comte-Sponville et François Jullien met en avant les contours de l’approche de la gestion de la douleur avec l’hypnose.

Lorsqu’une personne expérimente la présence d’une sensation dans le corps celle-ci devient de plus en plus présente dans son esprit ce qui la conduit le plus souvent à une anticipation et ainsi c’est un système circulaire qui tourne en boucle. Travailler sur la focalisation d’une pensée afin d’en découdre les effets sur la sensation. Effectivement, Sophie Cohen énonce que « quand nous considérons que ce ressenti est très important, gênant, voire handicapant…nous fonctionnons comme si rien n’existait plus en dehors de cela ». L’hypnose peut amener à se réintroduire dans le moment présent dans le but quitter la focalisation…

Pour conclure, la philosophie est une manière de voir, d’interpréter le monde, les choses de la vie qui guide le comportement et Sophie Cohen a su nous transmettre une réelle philosophie de l’hypnose thérapeutique dans le cadre de la gestion de la douleur.

Par Laurence ADJADJ
Cabinet d'Hypnose à Marseille
57, rue Paradis
Marseille 13006
06 15 21 12 59
Etre sur la même longueur d'onde. De la théorie quantique à l'hypnose, vue par le Dr Claude Virot
Dernièrement, je me suis rendue à Rennes pour suivre l’intervention du Dr Claude Virot sur un thème inédit, celui de l’hypnose quantique. Il me parait impossible de rester insensible à cette approche nouvelle de l’hypnose traduite par les sciences actuelles. Dans l’histoire du progrès, il est apparu que ceux qui ont apporté une évolution, sont ceux qui ont osé franchir une certaine barrière, celle admise par le grand nombre en autre. Le Dr Virot fait parti de ceux qui osent franchir certaines barrières, c’est ce qu’il a démontré à travers ce thème inédit présenté en douceur pour un public novice qui ne peut sortir que grandi par ces nouvelles connaissances.

Pour rentrer dans le vif du sujet : Que dit la théorie quantique ?
La théorie quantique dit en partie, que le vide est constitué d’énergie davantage que dans la matière…
C’est maintenant que vous vous demandez : « quel est le lien avec notre pratique thérapeutique qu’est l’hypnose ericksonienne ?». Et bien, je me garderai bien de vous en faire ici la démonstration car ce thème est sensible de par son approche novatrice…

En revanche, j’aborderai ce thème comme une pièce de lego que l’on peut extraire d’une construction. En effet, une pièce importante dans notre pratique de thérapeute est celle d’être sur la même longueur d’onde que nos patients pour en percevoir toute la dimension de ce qu’ils sont et ce pourquoi ils viennent nous voir.

Pour illustrer mon propos, je ne résiste pas à vous donner l’exemple issu d’une scène de vie banale vécu par le Dr Virot en se rendant chez sa coiffeuse. Effectivement, cette dernière lui explique qu’il est important d’être sur la même longueur d’onde que les clients à coiffer car sinon les clients reviennent pour faire reprendre leur coiffure et cela arrive de plus en plus…
Etre sur la même longueur d’onde, c’est comme ce que nous appelons la synchronisation qui est ce « savoir être » lors de l’entretien avec le patient. Par une observation fine du patient dans sa totalité, nous nous synchronisons avec le patient à travers l’utilisation de mirroring et du pacing afin d’établir une communication profonde.

En langage quantique cela se traduirait  par une boucle de réception qui permet de recevoir et transmettre les messages de façon ondulatoire. Ainsi, dans notre pratique notre attitude compte pour accueillir et transmettre les messages dans nos interactions avec le patient.

Pour conclure, je reprendrai la citation d’Elizabeth Moore Erickson sur son mari Milton H Erickson : «  Il ( M.H. Erickson) répétait avec insistance que tout ce qu’il faisait découlait de son observation attentive des individus et de la réponse à ce qu’ils communiquaient »…vous avez dit quantique ?
 
 
Laurence ADJADJ
Hypnose Marseille
 
Arrêter de fumer. Centre d'Hypnose et Thérapies Brèves de Marseille
La nocivité du tabac est clairement établie, il est responsable de 66 000 morts par an en France. Il est la première cause de mortalité évitable
 
C’est ici que nait tout un ensemble de paradoxes…Cela tombe bien l’hypnose Ericksonienne se nourrit des paradoxes !

Arrêter de fumer est tout d’abord…une décision qui s’appuie sur une volonté personnelle qui peut être renforcée ou non par une volonté périphérique.
La décision est prise et au moment de s’engager dans l’action, la peur de ne pas y arriver fait surface…C’est à ce moment là que la force de la décision soutenue par une réelle volonté pousse à rechercher une aide. Un thérapeute pratiquant l’hypnose ericksonienne peut représenter cette aide.

En effet, le tabac relève d’une dépendance insidieuse où le comportement et le psychisme jouent de concert. Comment vaincre cette dépendance dans sa globalité ? C’est ici que la force du psychisme est un appui incontestable. L’hypnose ericksonienne permet de faire émerger les ressources que l’on a en soi et qui sont parfois étouffées par le rythme de la vie quotidienne et/ou l’histoire d’une vie.

Arrêter de fumer n’est pas seulement qu’arrêter de fumer, cela concerne l’individu à part entière dans ses habitudes de vie, je dirai même que cela concerne « son monde ». Il s’agit alors de basculer d’un monde à un autre…

En cela la tache est difficile, c’est une épreuve qui appartient à la singularité de chacun que le thérapeute saura mettre en exergue en allant chercher la moindre petite ressource chez son patient.
Le parcours de l’arrêt du tabac est difficile voire très difficile et l’accompagnement du thérapeute est une force qui est là pour aider son patient à passer et à dépasser chaque étape pour parvenir jusqu’à son nouveau monde…celui des non fumeurs.
 
Cabinet d’Hypnose et Thérapies Brèves à Marseille
Proche de la rue Montgrand, et du Metro Prefecture
 
57, rue Paradis
Marseille 13006
06 15 21 12 59
1 2
Cabinet Laurence ADJADJ Hypnose EMDR-IMO Thérapies Breves Marseille
- Présidente de HYPNOTIM, Institut de Formation en Hypnose et Thérapies Intégratives à Marseille et PACA

- Formation à l'Institut Emergences Rennes Dr Claude VIROT
Hypnose Thérapeutique

- Formatrice EMDR - IMO Intégration par les Mouvements Oculaires, Certifiée par Danie Beaulieu

- Psychologue. Psychologie Clinique Paris 8

Cabinet d'Hypnose Ericksonienne de Marseille

314 Avenue du Prado

13008 Marseille

Métro: Rond Point du Prado

06 15 21 12 59



Agenda



Hypnose à Marseille


Galerie
Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute à Marseille
Dr Michael SAADA, Psychiatre, Hypnothérapeute et Laurence ADJADJ Psychologue et Hypnothérapeute en formation à Marseille
Laurence ADJADJ, Psychologue et Hypnothérapeute sur Doctolib
Laurence ADJADJ, Hypnose et EMDR-IMO à Marseille
Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute à Marseille
Jeffrey ZEIG, Président de la Fondation Milton H. Erickson & Laurence ADJADJ, Présidente de l'Institut Hypnotim à Marseille, à l'occasion d'une formation en Hypnose Ericksonienne
Laurence Adjadj et Dan Short
Cabinet d'Hypnose et Thérapies Brèves de Marseille
Hypnotim, Formation Hypnose à Marseille