Hypnose Ericksonienne & Thérapies Brèves, EMDR, Instituts Milton Erickson, Formation en Hypnose à Paris, Marseille




Charte HONcode

Abonnez-Vous...

Abonnez-Vous...
A la revue HYPNOSE & Thérapies Brèves
Cliquez ici






Livres Hypnose Ericksonienne

Livres Hypnose Ericksonienne
Acheter en ligne des livres d' hypnose ericksonienne et thérapie brève


livres hypnose ericksonienne







par Laurence ADJADJ

Laurence ADJADJ, Hypnothérapeute à Marseille. Présidente de Hypnotim, Centre de Formation en Hypnose et Thérapies Brèves

- Hypnothérapeute - Présidente de HYPNOTIM, Institut de Formation en Hypnose et Thérapies...

par Laurence ADJADJ

Interventions Chirurgicales et Anxiété. 2 interventions au Congrès Hypnose et Douleur 2016

De St Malo à Marseille... De l'utilisation de séances d'hypnoses collectives pour diminuer...

par Laurence ADJADJ

Prévention du burn-out chez les professionnels de santé. Drs Claude VIROT, Kenton KAISER

Formée en Hypnose Ericksonienne et Thérapeutique auprès du Dr Claude Virot à l'Institut Emergences...

par Laurence ADJADJ

Syndrome de l'Intestin Irritable. 2 interventions majeures au Congrès Hypnose et Douleur 2016

Le Syndrome de l'Intestin Irritable SII (anciennement appelé Syndrome du Colon Irritable), est une...

par Laurence ADJADJ

Un atelier avec le Dr Jean-Michel HERIN, anesthésiste, hypnothérapeute, acupuncteur au Congrès Hypnose et Douleur 2016

A l'occasion du dernier Congrès Hypnose et Douleur de St Malo, j'ai pu assister, bien qu'étant...



La constante “H” comme hypnose. Des nouvelles d'hier. Par A.Bioy & C. Wood pour Revue Hypnose & Thérapies Brèves

Le couplage « hypnose / thérapies comportementales » semble presque une voie naturelle de développement comme l’appuie encore la littérature scientifique de ce dernier trimestre. De son côté, la neurophysiologie réveille le spectre de Charcot et son hypothèse d’un lien entre hypnose et hystérie.



La constante “H” comme hypnose. Des nouvelles d'hier. Par A.Bioy & C. Wood pour Revue Hypnose & Thérapies Brèves
Les angoisses associées à la consultation dentaire sont très connues car globalement partagées. Lorsque le niveau d’anxiété atteint la phobie, quelle est la méthode qui est la plus opérante ?

L’équipe de Wannemueller (2011) a comparé : une prise en charge cognitive et comportementale, deux mesures d’hypnose (script standard ou accompagnement individualisé), et enfin l’anesthésie générale (diantre !). Les mesures d’anxiété concernaient deux soins dentaires, espacés d’une semaine (mesures avant/après chaque soin). Globalement, l’anxiété est réduite par thérapie cognitive et comportementale et hypnose individualisée mieux que sous anesthésie, avec de meilleurs résultats pour la première forme de prise en charge.

Quelles incidences cliniques en découlent ? D’abord, on s’en serait douté, l’anesthésie n’est pas la bonne solution : elle aide à faire le soin mais d’un acte à l’autre, il n’y a pas de prise en charge du problème anxieux. Ensuite, que l’usage de l’hypnose active (visualisations co-construites) couplé avec des techniques cognitives et comportementales offrira de meilleurs résultats qu’une simple relaxation hypnotique (standardisée ou non).

On retrouve cette idée de meilleurs effets en couplant hypnose et approche cognitive et comportementale dans d’autres champs, comme en douleur chronique (Jensen et al., 2011). Ici, l’efficacité est globalement plus importante sur le niveau de douleur et le niveau de catastrophisme qu’avec des prises en charge en hypnose « simple », un entraînement à l’auto-hypnose, ou le cadre d’une éducation thérapeutique.

Et si, au final, Charcot avait raison en fusionnant hypnose et hystérie ? Comme nous l’évoquions dans ces pages au dernier numéro, l’année 2010 a été marquée en recherche par une certaine explosion du simple schéma bas/moyen/hautement suggestible pour tester l’hypnotisabilité. Les Suédois Terhune, Cardena et Lindgren (2011) ébranlent un peu plus les certitudes en étudiant différentes capacités du sujet (réponses aux suggestions hypnotiques, fonctionnement cognitif, prédisposition à la vie imaginative, à la psychopathologie et au trauma) au regard de deux dimensions : la suggestibilité et la propension à la dissociation psychique.

Sans surprise, les sujet « hautement suggestibles/hautement dissociables » sont ceux qui répondent le mieux aux tâches hypnotiques, du moins globalement, car l’imagerie visuelle fonctionne mieux chez les patients « hautement suggestibles/faiblement dissociables ». Or, le premier groupe est aussi celui qui est le plus sujet aux troubles psychopathologiques… Autrement dit, les « trop bons sujets » reposent la question de l’hypnotisabilité et de la psychopathologie.


Rédigé le 03/06/2011 modifié le 31/05/2011


Lu 2686 fois



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5 » ... 13

Congrès | Formations Hypnose | Revue HYPNOSE & Thérapies Brèves | Revue Sexualités Humaines | Livres | Video - Films | A Vos Plumes | Formations Thérapies Brèves | Revue de Presse Hypnose | Region


Paris


Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille



Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille
Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Lille, Rennes, Reims, Le Havre, Saint-Etienne, Toulon, Grenoble, Angers, Dijon, Brest, Nîmes, Le Mans, Aix-en-Provence, Clermont-Ferrand, Tours, Limoges, Villeurbanne, Amiens, Metz, Besançon, Perpignan, Orléans, Mulhouse, Caen, Boulogne-Billancourt, Rouen, Nancy, Avignon, Cannes

Rédacteur en Chef: Laurent Gross

Informations relatives au site hypnose-ericksonienne.org
Dernière Mise à Jour du site: 12 Juin 2017